-38%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
31.19 € 49.99 €
Voir le deal

Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami - Aiji
Aller à la page : Précédent  1, 2


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 3 Fév - 16:49



Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami

05/02/2110
Vitamin R || Chevelle


Vous avancez dans la ruelle jusqu'au distributeur et tu donnes à Yuki de l'argent pour qu'il s'achète à boire. Il prend les pièces et, bizarrement regarde un moment le distributeur.  Peut être ne sait-il pas quoi choisir te dis-tu, puis il appuie sur l'un des boutons sans mettre l'argent dans la machine, tu inclines la tête sur le côté, ne comprenant pas. Apparemment il ne sait pas comment ça... Marche ? Après plusieurs essaies il se décourage en disant que le distributeur est cassé. Tu souris est prends les pièces dans sa main.

« Non, regarde. Tu mets les pièces dans la fente, là et après tu appuies sur le bouton. La bouteille va tomber dans ce petit rectangle vitré.»


Tu exécutes donc ce que tu lui as expliqué et prends ta boisson avant de lui avoir demander ce qu'il voulait et tu refais le même schéma que pour la tienne. Tu lui souris et ouvre ta bouteille pour boire un peu, une fois le liquide avalé tu le regardes toujours en souriant.

« Tu as compris comment on fait ou c'est trop dur ? Ne t'inquiète pas je me moque pas de toi hein !»


Tu agites les mains devant toi en signe de négation puis tu reprends la parole.

« Tu veux goûter ? C'est du jus de pêche pétillant.»


Tu attends un instant avant de te tendre la main en sa direction. Tu réfléchis ensuite à ce que te dis Yuki

« Non désolé... Je ne l'entends pas et ne le vois pas non plus... Pourquoi ils ont voulu lui faire mal?»





Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Jeu 4 Fév - 12:59



Mercredi 5 Février 2110

Je suis persuadé que la machine est cassée. J'ai déjà vu plein de gens juste appuyer sur un bouton pour avoir leur boisson. Alors, à part si le distributeur ne fonctionne pas, pourquoi je n'arrive pas à avoir ma boisson ? Je ne pense pas du tout à mettre l'argent dans la fente. Le papier collé juste au-dessus de celui-ci ne me fait pas comprendre non plus qu'elle est pourtant destinée à cela. Je suis simplement persuadé d'avoir raison. Voilà pourquoi j'annonce ce fait que je vois à Aiji qui me regarde à nouveau. Encore une fois, je me perds dans son regard et le sourire qui m'est offert. Est-ce qu'il n'est plus triste ? J'aimerais beaucoup qu'il garde cette expression de douceur tout le temps. Ça lui va bien et j'ai l'impression d'être en sécurité. Je ne fais même plus attention à ce qu'il me fait tant il semble que je lui fasse confiance en l'instant. Je le laisse ouvrir mes doigts pour récupérer l'argent qu'il m'a donné sans opposer la moindre résistance. Selon lui, la machine n'est pas cassée mais je m'y suis mal pris. Je ne comprends pas trop même s'il me dit comment on fait. Quelle fente déjà ?

En s'approchant de la machine, le brun me demande ce que je veux comme boisson. Je pose alors un doigt sur mon menton en penchant la tête pour réfléchir. C'est vrai que je ne savais pas trop… je réfléchis un petit moment avant de lui répondre sans être certain que ce soit réellement ce que je veuille et que cela s'entende dans l'intonation de ma voix :

Euh… fraise ?


Je me rappelle essentiellement de la bouteille rose avec une étiquette avec une grosse fraise rouge dessus. Peut-être qu'il a compris ? Je ne sais pas trop s'il a déduit ou s'il a totalement compris ce que je disais, cherchant à nouveau Shan que j'entends rire pour se moquer de moi. Mais, pourquoi ? Qu'est-ce que j'ai fait. J'ai mal à la tête. Et, en plus de ça, j'entends des bruits métalliques. Je regarde alors Aiji qui met les pièces dans la machine. Il lui donne à manger ? Je regarde sans trop comprendre qu'il vient de m'expliquer ce qu'il fait, jusqu'à ce qu'il me donne ce que j'ai demandé et recommencer pour prendre une autre boisson. Alors… il faut donner à manger au distributeur pour qu'elle nous donne à boire ? C'est pour ça qu'elle ne voulait pas me donner ce que je lui demandais ? Shan me dirais que c'est stupide et j'ai l'impression qu'il me le dit encore, et encore. Je n'aime pas ça…

Aiji me sourit et boit de sa boisson. J'essaie d'ouvrir la mienne aussi, mais je manque de force. Pourtant, je continue encore quand il me demande si j'ai compris comment on fait. Il agite beaucoup les mains en me disant qu'il ne se moque pas de moi. Je hoche la tête, mais je ne sais pas si je saurais faire. Ça semble facile mais, pour moi, c'est comme me laisser devant un ordinateur. Je ne sais pas quoi faire du tout. Il m'a montré. Deux fois. Mais je ne suis pas sûr… Néanmoins, je ressens l'envie de ne pas en parler, de passer à autre chose. Je ne tiens pas à rester sur quelque chose qui me fait défaut. Ça fait mal. Alors, quand le fumeur me propose de goûter sa boisson, je lui tends la mienne en prenant son jus de pêche pétillant. Je n'ai rien contre ce qui pétille à vrai dire. C'est donc avec plaisir que je bois quelques gorgées de ce qui m'est offert.

C'est bon…


Suite à cela, je lui parle de Shan, qu'il n'était pas censé être là, mais je l'entends, donc que je suis certain qu'il m'a suivi jusqu'ici. Je lui demande également pourquoi il ne l'entend pas et lui apprend que Shan à eu des problèmes. Ma mine s'est assombri alors que je repense à ce qu'il s'est passé il y a deux jours. Sincèrement, ce n'est pas la première fois qu'on me malmène ou qu'on me pique le chat de fortune, mais jamais on avait essayé... ça. Aiji, alors que je reste silencieux, me demande encore une fois pardon parce qu'il ne l'entend pas. Mais pourquoi ? Pourquoi je suis le seul de nous deux à entendre mon ami peluche ? Il ne me le dit pas. A la place, il cherche plutôt à savoir ce que mes camarades ont voulu faire à Shan. Le regard dans le vague, planté sur le bitume, je commence à me ronger l'ongle de mon pouce gauche. Y repenser me stresse. Je sens que je m'agite sans m'en rendre compte. Pour le moment, ça ne se voit pas, mais je commence à ressentir le besoin urgent de trouver Shan pour savoir s'il va bien. Néanmoins, sans bouger, je réponds :

Ils ont voulu… lui casser quelque chose, lui faire mal… Ils le tiraient alors que Shan n'arrêtait pas de hurler et n'arrivait pas à se défendre...


Et je ne pouvais absolument rien faire pour empêcher tout ça d'arriver. Je suis bien trop faible ! En y repensant encore, je continue à me ronger les ongles sans faire attention à ce qui m'entoure. Pas même à ce que peut me dire Aiji.
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Fév - 15:34



Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami

05/02/2110
Reduction || Akiakane


Il a l'air hésitant dans ses paroles, c'est ce que tu te dis mais pourtant tu lui choisis la bouteille avec la grosse fraise dessus. Tu te baisses pour récupérer la dite bouteille et la lui tends puis bois un peu de la tienne. Voyant que Yuki galère tu lui proposes de goûter ta boisson. Tu prends la sienne et lui ouvre avant de la redonner et continue de boire un peu dans ta bouteille mais honnêtement tu n'as pas très soif.

Il te parle ensuite de Shan. Ah... Tu ne veux pas parler de lui. Tu ne veux pas lui rappeler qu'il est malade alors comment faire ? Tu lui demandes comment les autres on voulu lui faire mal. Tu vois l'adolescent commencer à se ronger les ongles et poses ta main sur la sienne pour lui ôter de sa bouche.

« Fais attention tu vas te faire mal si tu te ronges trop les ongles...»


Dis-tu d'un ton doux que tu ne gardes que pour lui, même pour Victoria ce ton n'est pas le même, doux toujours mais pas de la même façon. Tu le sens néanmoins tendu et tu ne sais pas quoi faire alors qu'il recommence à parler de sa peluche. Tu aurais aimé lui dire quelque chose mais tu ne savais vraiment pas quoi lui répondre. Tu soupires et poses tes mains sur chacune de ses épaules puis te baisses légèrement ton visage pour déposer un baiser sur ses lèvres en espérant ne pas lui faire trop peur. Peut être qu'à présent tu sais où en sont tes sentiments malgré le fait que vous ne vous êtes vu que deux fois ? Ça arrive les coups de foudre non ? Tu te redresses après quelques secondes à l'embrasser.

« Je... Désolé...»




Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Jeu 4 Fév - 17:00



Mercredi 5 Février 2110

Je ne sais pas trop pourquoi je me ronge l'ongle du pouce comme ça. Je ne fais pas ça d'habitude. Je préfère largement me punir avec une lame pour ne laisser que peu de trace et faire en sorte que personne ne s'en rende compte. C'est bien plus simple à cacher et, peut-être même, à expliquer. Mais me rappeler de ce qu'il s'est passé il y a deux jours m'énerve. Je suis agité. J'ai besoin de lâcher la colère qui m'anime, mais je ne sais pas comment m'y prendre. Jamais encore je n'ai ressenti une telle chose, ce qui m'empêche de le gérer comme je pourrais le faire avec ma tristesse, par exemple. Ce geste est donc purement instinctif. Alors quand Aiji pose sa main sur la mienne pour me faire arrêter, je me sens totalement surpris. Que se passe-t-il ? En posant mes yeux sur lui, j'ai l'impression de voir comme de la peine. Je ne comprends pas. Pourquoi est-ce mal que je puisse me blesser ? Il suffit de me soigner après, c'est tout. Personne ne s'en soucie de toute façon. Pourtant, lui, il semble vouloir que j'arrête ça. Et ce que je comprends encore moins, c'est qu'il ne le demande pas en me criant dessus. Il ne me gronde pas. Je suis… totalement perdu.

Encore, et encore, et encore, j'entends Shan me parler. Cette fois, il ne se moque pas de moi et il ne s'énerve pas. Il m'a seulement soufflé à l'oreille que je dois répondre à une question. Mais quand je regarde, il n'est pas sûr mon épaule. Ça m'énerve qu'il n'arrête jamais de jouer à cache-cache comme ça. Je sais pourtant qu'il a raison dans ce qu'il m'a dit, alors je dis au brun ce qu'il s'est passé lundi. L'énervement revient au galop. Le calme disparaît totalement. Mon esprit est tellement bloqué sur ce qu'il s'est passé ce jour-là que je ne me rends pas compte que j'ai recommencé à manger l'ongle de mon pouce. Chaque détail de ce qu'il s'est passé avant l'arrivée du professeur me revient en mémoire avec force. Je ne veux plus qu'on s'en prenne au chat de fortune. Il est énervant, à mauvais caractère, me donne envie de le frapper régulièrement, mais, sans lui, je serais complètement perdu à chaque instant. Finalement, je n'aurais pas dû le laisser à l'académie. J'ai vraiment l'impression que je dois protéger Shan maintenant.

Je suis sorti de mes pensées quand je sens des mains aussi grandes que douces se poser sur mes épaules, je lâche mon pouce et regarde le visage de Aiji, perdu. Que se passe-t-il ? Je le dévisage, comme si cela pouvait me permettre de le comprendre un tant soit peu. Mais rien ne me vient. Tant et si bien que je ne réagis pas du tout quand il se penche pour déposer un baiser sur mes lèvres. Qu'est-ce qu'il y a ? Il se passe quoi maintenant ? Ça veut dire quoi ? Je ne trouve aucune réponse. Pas même une simple hypothèse. C'est un trou noir. Seul mon corps réagit un tout petit peu : lorsque Aiji me lâche et me dit qu'il est désolé, mon visage devient tout rouge. Ma bouteille d'eau à la fraise m'échappe même des mains sans que je ne m'en rende compte. Quant à mon regard ambré, il est fixé sur lui. Ce n'est pas la première fois qu'on m'embrasse. Mais jamais de cette manière. Je ne sais même pas si je m'en rends réellement compte. Silencieux, je ne fais que regarder ce garçon bien plus grand et bien plus fort que moi qui est près de moi.

Peut-être encore sous le choc, mais surtout à cause de mon état qui dure depuis tout à l'heure, je me mets à parler d'une traite sans laisser Aiji me répondre et surtout, sans vraiment chercher de lien entre mes paroles :

Pourquoi... ? … Tu sais, quand j'étais au collège, personne ne m'aimait non plus. Je ne sais pas pourquoi. Ils faisaient comme maintenant. Et Shan il me dit que je devrais me faire des amis, parler avec d'autres gens, mais comme ils me connaissent pas, après ils me laissent. Ils m'aiment pas en vrai. Les dessins sur ta peau, tu les fait tous les jours ?


Au bout d'un moment, j'arrête de parler, comme pour réfléchir. Encore une fois, je regarde un peu ailleurs mais pas pour chercher Shan. Je me sens ailleurs. Je crois que si Aiji n'était pas avec moi je pleurerais...
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 4 Fév - 18:16



Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami

05/02/2110
Rhythm control || Aesthetic Perfection


Bizarrement lorsque tu as fini de l'embrasser tu entends sa bouteille tomber et vois son visage rougir.  Il n'a pas l'air d'être énervé, pourtant il aurait pu, tu ne lui as pas demandé son avis... Et avec ce que font ses parents. Bon Dieu tu as une envie folle de recommencer mais voilà qu'il commence à parler à une vitesse folle. Ses paroles sont décousues. La drogue ne devait pas faire encore tant effet pourtant ? Mais à quel point ses parents l'avaient-ils drogué ! Tu serres ta poigne sur la bouteille de jus gazeux mais l'écoute et une fois qu'il a fini tu prends une grande inspiration et souris.

« Shan à tout à fait raison, il faut que tu te fasses des amis mais il faut que tu fasses tout de même attention à toi, écoute le, je suis sûr qu'il saura te dire si la personne est digne de confiance ou pas. Quand au fait de t'aimer....»


Tu lui caresses le visage du revers de la main en souriant.

« Je sais qu'on ne se connaît pas depuis longtemps mais si tu veux bien de moi je suis prêt à t'aimer...»


Bizarrement tu sens tes joues chauffer légèrement, c'est la première fois que tu disais une telle chose à quelqu'un.


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Jeu 4 Fév - 23:26



Mercredi 5 Février 2110

Je ne sais plus trop ce que je dis. Je ne me sens pas bien. Je ne sais plus où me donner de la tête. Le baiser que je viens de recevoir m'a fait une sorte de choc. Je ne sais plus aligner deux pensées correctement et la drogue qui reste n'arrange rien du tout. Le pire est sans doute que je n'ai conscience de rien de ce qui se passe, un peu comme si j'étais dans le déni total de mon état. Au fond, cette hypothèse est ce qui se rapproche le plus de la réalité. Alors je parle sans vraiment m'arrêter, sans réfléchir, oubliant même parfois de respirer entre mes phrases. Je n'attends même pas de réponse. Ce n'est pas que je n'en veux pas. Seulement, je ne m'attends pas à en avoir de toute façon. C'est déjà bien qu'il me laisse lui poser des questions. Même les plus incomplètes égales plus idiotes. Cela sans jamais s'énerver contre moi alors qu'il a toutes les raison du monde de le faire. Il n'a jamais été obligé de m'aider, de me tenir compagnie ou même de m'écouter. Pourtant, il reste là, près de moi. Pour moi, c'est vraiment trop étrange et, tout doucement, je commence à ressentir des doutes. Des doutes accompagnés par de la peur.

Aiji, loin de se douter de tout ce qui se passe en mon for intérieur, me sourit. Pour lui, il est important que je porte une oreille attentive à ce que me dit Shan car il semble avoir un bon jugement concernant les autres. Il ne le connaît pas. Il ne nous connaît pas. Je m'en rends compte violemment et, bien que je ne le montre pas vraiment, je commence à avoir vraiment peur de cette personne si proche de moi. Comment ai-je pu le laisser m'approcher ? Il me donne des conseils mais il ne sait pas ce qu'il dit. Il n'entend pas Shan et il ne sait pas qu'il suffit que quelqu'un piqué sa curiosité ou son intérêt pour changer d'avis comme je change de chemise. Qu'est-ce qu'il ne ferait pas pour de la viande, quelques manjus ou même du sake ? J'ai horreur de ce sale comportement qui le caractérise ! Mais, d'un autre côté, peut-être que ça va m'aider à savoir si d'autres sont dignes de confiance ou pas. Si je m'en réfère à cette logique, je me suis rapproché de quelqu'un que je ne devrais pas.

Mon regard s'écarquille de plus en plus tandis que je continue de l'observer sans réellement le voir. Je ne sais pas quoi faire parce que je ne sais pas ce qu'il a en tête. Voilà pourquoi je ne réagis pas au moment où il me caresse la joue. Je le laisse faire et écoute chacune des paroles qu'il prononce. Chacun des mots qui franchissent ses lèvres. Et ces derniers, couplés à ce geste et à la sensation persistante de ses lèvres sur les miennes, je réagis au quart de tour, violemment : je le repousse avec le peu de force dont je dispose, de mes deux mains sur son torse. Je profite de cette poussée pour reculer de quelques mètres. Je retire alors la veste qu'il m'a prêté plus tôt et la lui jette dans sa direction pour la lui rendre en espérant qu'il l'attrape. Puis, effrayé, désorienté, mais surtout guidé par la crainte de souffrir une nouvelle fois, je fais volte-face et commence à courir. Je n'ai pas spécialement de but, à part celui de m'éloigner de Aiji. Ce n'est pas spécialement de lui dont j'ai peur. J'ai peur de… de ses mots… de ce qu'il pourrait faire… J'ai peur aussi de ses intentions.

Je ne sais pas où je me trouve. Pas même combien de temps j'ai couru. Je n'arrête pas d'entendre Shan qui ne se montre pas. J'ai l'impression que je vais devenir fou ! Au milieu d'une rue que je ne reconnais pas. Elle est vide mais pas très loin de l'agitation de la ville. Je le sais puisque je l'entends d'ici. J'ai peur. Je suis perdu. … Et je crois que je regrette ma réaction. Lentement, je m'accroupis contre un muret, à côté d'un lampadaire contre lequel je me blottis. J'ai la tête posée sur les pierres froides contre lesquelles je suis appuyé. Je regarde le ciel en grelottant à cause de la transpiration due à ma course et le froid hivernal. Je repense à ce qu'il vient de se passer en me mangeant la lèvre inférieure. De temps en temps, je me tape la tête contre le mur. Les coups sont de moins en moins espacés et parfois assez forts pour que je me fasse mal. Je me punis comme je peux pour mes bêtises. Je ne sais pas quoi faire et je pense de plus en plus que je suis en train de rêver la voix de Shan car je ne le vois plus du tout. Pourtant, c'est aussi clair que quand je parlais avec Aiji. C'est beaucoup trop clair. Mais je ne sais pas si je peux lui faire confiance. J'ai besoin d'aide, mais… A qui faire confiance ?
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Fév - 11:48



Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami

05/02/2110
Believe || B-Front


As-tu bien fait de lui dire d'écouter Shan ? S'il lui dit d’essayer de se faire des amis oui mais... Shan le force aussi à accepter ce que ses parents lui font, non ? Tu ne sais pas, tu ne sais plus tu es perdu voilà, c'est exactement l'état dans lequel tu es. Mais, après que tu aies caressé sa joue en lui disant, clairement des mots qu'un type amoureux dirait à sa conquête, tu le vois écarquiller les yeux de plus en plus. Voilà t'as fait une connerie ! Et tu en fais les frais vu que c'est quelques secondes plus tard que tu te fais violemment repousser. Tu savais pertinemment que tu n'aurais pas dû dire et faire ça mais c'était plus fort que toi. Tu vois ensuite Yuki te balancer ta veste à la figure. Tu la rattrapes et commence à courir après l'adolescent. Est-ce si grave ce que tu as dit et fais ? Quel con tu es ! Bien sûr que oui vu son état et sa situation d'enfant violé et battu... Tu t'en veux terriblement. Pourtant tu ne le lâche pas. Tu cours, encore et toujours. Il est rapide pour quelqu'un de drogué mais peut être ne l'est -t-il plus ? Qu'en sais-tu ? Tu le vois alors s'arrêter après avoir courut plusieurs minutes, tu t'arrêtes non loin de lui et t'allumes une cigarette  en allant vers lui, le voyant se taper la tête contre le mur.

« Je suis désolé mais je ne peux pas te laisser partir, surtout pas dans cet état... Je veux que tu rentres sain et sauf à l'académie où on doit bientôt rentrer...»


Tu aspires une bouffée d'air toxique et la souffle au dessus de la tête de Yuki.

« S'il te plaît Yuki … Fais moi un peu confiance...»


Tu passes ta main libre à plat entre sa tête et le mur, il donnait des coups assez violent.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Ven 5 Fév - 12:56



Mercredi 5 Février 2110

Je ne me suis pas rendu compte que Aiji m'a suivi jusqu'ici. Peut-être ne l'ai-je pas entendu parce que j'entends bien trop Shan ? La voix de ce dernier ne me lâche pas et me donne la migraine. J'ai peur de la raison pour laquelle ça n'arrête pas. La folie… Je ne vois pas ce que cela pourrait être d'autre puisque ce n'est pas aussi présent d'habitude. Sans doute parce que je ne reste jamais aussi longtemps loin du chat de fortune. Je l'emmène aussi en cours, ce qui a bien failli le tuer. Il n'est pas encore tout à fait guéri et il a besoin de repos. Pour moi, tout ça est super dur. Tant est si bien que je préfère me perdre dans la beauté des couleurs du ciel qui sont en perpétuelle changement. Si j'étais un oiseau, serait-il possible pour moi de les voir tout le temps ? Voler dans ce ciel magnifique, chanter quand j'ai quelque chose à dire ou même simplement aller où je veux quand l'envie m'en prend… Je sais bien que c'est un rêve impossible, mais, au moins, l'idée me permet de me calmer un peu sans pour autant m'empêcher de me taper la tête contre le muret qui m'aide à me soutenir. Je pense que sans cela et le poteau à côté de moi, cela ferait longtemps que je serais tombé.

J'entends des bruits de pas s'approcher. Je me dis que ce doit être un passant parmi tant d'autres. Et comme parmi tant d'autres, il va passer sans me voir, sans vouloir m'aider. N'est-ce pas mieux ainsi ? Je préfère les personnes qui suivent fidèlement leurs envies que ceux qui veulent bien se faire voir. Mais je suis obligé de constater que j'ai tort. Ou à moitié. Il s'agit de la personne que je viens de rejeter. Je me demande vraiment ce qui peut le pousser à prendre autant soin de moi alors que je lui fais du mal et qu'on ne se connait pas. Une volonté de m'aimer… C'est ce qu'il disait mais je ne crois pas que ce soit possible. Il est si difficile de me supporter, de me garder sur le droit chemin… Pourtant, encore une fois, sans annoncer son envie de m'aimer, il m'apprend sa volonté de me ramener sain et sauf à l'académie. Pour cela, il ne peut pas me laisser ainsi. Je l'écoute mais ne le regarde pas encore.

Alors que je tente difficilement de réfléchir, je vois de la fumée passer devant mes yeux. Il est encore avec une cigarette. J'ai l'impression qu'il est toujours avec ça… Je n'aime pas vraiment l'odeur, bien que j'arrive à le cacher depuis qu'on n'a pas arrêté de m'emmener dans des endroits où je me faisais harceler par des élèves tout aussi fumeurs que lui. Ce que je ne veux plus, c'est qu'on me crache un nuage gris sur le visage. Je déteste ça puisque je n'arrive pas à respirer quand il est sur moi. Le jour de notre rencontre, Aiji l'a fait une fois. Mais, depuis, il n'a pas recommencé. Même maintenant, il l'a fait de sorte que cela ne me touche pas. Elle fait, guidée par les mouvements de l'air, de magnifiques formes que je ne me lasse pas d'admirer. Une admiration troublée par la voix de Shan… encore et toujours cette même voix… Étrangement, bien que ce soit celle de mon meilleur ami, je ne veux plus l'entendre. Elle est cassante, j'ai un mal de chien à démêler ses paroles à cause des échos qui sont bien plus moindres habituellement. Enfin… je ne sais même pas si on peut appeler ça comme ça.

Je sens une sensation différente lors d'un de mes coups de tête contre le mur.c'est plus mou, comme si quelque chose faisait barrière entre la pierre et moi. Je ne comprends pas trop ce que cela pourrait être. Alors, j'essaie d'analyser. C'est… chaud. Presque moelleux. Je sens des écartements par endroits mais pas assez grands pour me permettre de passer la barrière protectrice. Je sens mon regard qui se plisse quand, en plus de cela, j'entends une demande bien particulière de la part de Aiji. Je tourne doucement la tête dans sa direction pour le regarder, encore suspicieux. Je me rends alors compte que cette chose qui m'a évité de me faire du mal contre mon avis est sa main. Une manière de me montrer que je peux lui faire confiance ? Je ne sais pas quoi en penser… je ne sais pas quoi dire, ni quoi faire, non plus.

Vous m'donnez tous mal au crâne…


Je n'arrive plus à suivre et l'absence de Shan ne m'aide clairement pas. Cela m'amène à cette plainte portée par tous les comportements auxquels j'ai pu faire face. Mais je suis tout de même obligé d'admettre qu'il est le seul à ne pas s'énerver contre moi. Je commence à avoir des trous de mémoire du moment où la drogue était bien plus active. Du coup, je ne me rappelle plus très bien de ce qu'il s'est passé, que ce soit avec mes parents ou avec lui…

Pourquoi… tu me prenais dans tes bras ? Et… pourquoi tu me dis… ?


Je n'arrive plus à réfléchir. J'ai trop mal à la tête. Cela peut se voir à ma grimace et à la main que je porte, non pas à l'arrière de ma tête, mais plus au niveau de ma tempe. Le haut de mon corps se détache du mur et mon regard se pose sur le bitume devant moi, détourné de Aiji. A ce moment, je me mets à supplier doucement d'un voix plaintive :

S'te plait, Shan… arrête… … Arrête… de parler…

Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Fév - 13:42



Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami

05/02/2110
Fuck you || Archive


Tu lui mets la main entre sa tête et le mur pour le protéger. Il semble vraiment perdu et ça te fait de la peine, réellement ! Mal au crâne ? Tu le comprends très bien, toi aussi il t'es arrivé de te droguer mais c'était de ton plein gré comparé à lui, sa plainte te fait mal, tu aimerais tellement l'aider, seulement tu ne sais pas comment faire... Il te pose soudainement une question qui, honnêtement ne sort de nul part. Pourquoi tu l'enlaçais. Tes joues se réchauffent, il ne finit pas sa phrase néanmoins et tu te demandes ce qu'il voulait dire. Tu lui réponds donc de la plus simple des manières.

« Parce que je tiens à toi et j'aimerais que tu le comprennes... Mais j'attendrai tant qu'il le faut pour ça. Je veux juste que tu aies confiance en moi car je ne te ferai jamais de mal.»


Le ton toujours aussi doux est devenu un véritable toc pour lui parler, pour ainsi dire, tout le temps comme ça. Tu veux juste qu'il n'ait pas peur de toi parce que tu... L'aimes ? Tu détournes le regard un instant et prends une longue latte sur ta clope. Il reprends la parole en grimaçant et se tenant la tête, parlant à Shan, qui n'est pas là avec lui pour une fois mais il semble qu'il l'entende toujours. Tu avances ta main et prends la parole, il est temps de rentrer mais tu ne veux pas le brusquer.

« Il vaut mieux qu'on rentre c'est bientôt l'heure et tu pourra revoir ton chat...»






Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Ven 5 Fév - 14:32



Mercredi 5 Février 2110

J'ai beaucoup de questions à poser à ce garçon qui m'a suivi jusque là et qui semble inquiet en me regardant. J'ai du mal à croire qu'il n'ait pas d'intention cachée, ne serait-ce parce qu'il est le seul à me parler de cette manière. Je n'arrive pas à croire qu'il soit en réalité une des seules personnes à me traiter correctement.  Mes parents ont toujours pris soin de moi depuis que je suis né, sans jamais m'abandonner ou penser à mal. J'en suis persuadé. Pourtant, ils n'ont jamais utilisé ce genre l'intonation de voix pour s'adresser à moi. Ni même quand ils se parlent entre eux, de ce que je sais. Quant à Shan… Il est rude, colérique et constamment dans la critique, alors sa manière de parler est extrêmement particulière. Pour autant, c'est ce qui fait que je me suis autant accroché à lui malgré nos disputes incessantes, même si je dois avouer que je le connais aussi depuis que je suis un môme. Depuis nos premières conversations, nos premiers mots échangés, nous sommes inséparables. Aiji… je ne le connais pas depuis l'enfance, mais seulement une petite semaine en ne l'ayant vu qu'une seule fois avant aujourd'hui. Il ne m'a jamais fait de mal à part à ma demande mais je sais qu'il pourrait encore retourner sa veste…

Comment ai-je fait pour le suivre, rester aussi longtemps à ses côtés ? Pourquoi n'en a-t-il pas profité ? Et pourquoi s'acharne-t-il à rester avec moi alors que je continue de le repousser ? Je n'arrive pas à lui demander tout cela à cause de Shan que j'entends en continu. Malgré tout, j'obtiens une réponse à laquelle je ne suis pas certain de pouvoir apporter beaucoup de crédit. Quoique… je ne sais plus… Pour quelle raison il tient autant à moi alors que je n'ai rien fait de bien pour lui ?  Je ne peux ni le comprendre, ni l'accepter… Pas dans ces conditions en tout cas et il le comprend sans que j'ai besoin de le dire. Pour autant, il me montre encore qu'il est déterminé à rester à mes côtés. Cette promesse de ne jamais me faire de mal… j'aimerais y croire, mais je ne peux pas…

Il te ment.
Y'a que moi à qui tu peux faire confiance.
Pourquoi tu ne m'as toujours pas retrouvé ?
Yuki t'es vraiment qu'un idiot !
Fais lui confiance.
La trahison est-elle si terrible ?








Tous ces échos... Je ne les supporte plus. Voilà pourquoi je me mets à supplier Shan d'arrêter. Je suis au bord des larmes. J'ai si mal… J'aimerais seulement que ça s'arrête pour que je puisse me reposer un peu. Pourtant, personne ne semble vouloir me laisser faire : le chat de fortune en me filant la migraine, et le brun en me demandant de le laisser m'emmener à l'académie. C'est vrai qu'il me semble qu'il avait dit qu'il allait me guider. … Je ne sais pas si je veux voir Shan. Il m'énerve et j'ai juste envie de m'écrouler. Pourtant, quand je tourne très lentement la tête sans la lâcher, je vois sa main tendue vers moi. Il aurait pu m'obliger à le suivre en me portant ou en me soutenant. Mais il ne le fait pas. Il attend que j'accepte son aide. Il a vraiment un magnifique regard…

J'veux pas le voir… je veux juste qu'il arrête de parler encore et encore et encore…


Comment ça ? !
Tu es méchant avec moi Yuki !
Mais… je croyais que tu m'aimais…
Ne m'abandonne pas.






Encore… Je regarde encore la main qui est tendue vers moi et je prends un instant pour essayer de réfléchir. Finalement, avec hésitation, je prends sa main avec pour idée de le taper si jamais il me la fait à l'envers. J'ai beau savoir que je n'ai pas vraiment de force ou que je ne suis pas assez en forme pour engager un combat, penser ainsi et le garder pour moi me rassure un peu. Ainsi, je me lève difficilement, une main toujours sur ma tête et l'expression de mon visage grimaçante. Ainsi, je suis plus ou moins prêt à le suivre en espérant qu'il ne m'a réellement pas menti.
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Fév - 15:19



Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami

05/02/2110
Unstable || Adema


Tu gardes ta main tendue en sa direction, attendant qu'il la prenne. Tu ne perds pas patience, tu sais qu'il a du mal avec les autres, ça se voit comme le nez en plein milieu de la figure mais tu ne te décourages pas. Il finira bien par te faire confiance un jour ou l'autre non ? C'est ce que tu espères, du plus profond de ton être. Tu lui dis que bientôt il pourras retrouver sa peluche mais cela ne semble pas lui faire plaisir. Que se passe-t-il alors ? Tu ne comprends pas bien mais tu ne lui poses pas plus de question que ça, tu ne veux pas craindre de le faire fuir encore plus... Seulement quand il te dit ne plus vouloir l'entendre cela te brûle les lèvres de ne pas lui demander ce que Shan pouvait bien lui dire. Enfin que tu attends qu'il te prenne la main pour l'aider à se soulever alors qu'il se tient toujours la tête. Tu le colles doucement à toi en passant ta main sur son épaule pour qu'il s'appuie sur toi et ainsi qu'il ne tombe pas.

« Si tu n'aimes pas cette position dis le moi je te tiendrais juste la main ok ?»


Je lui dis ça posément et commence à le faire marcher lentement, à son rythme en fait, peu importe si on doit mettre un peu plus de temps, de toute façon la ruelle où il est allé n'était pas très loin de l'académie, peut être à quinze minutes ?

« Je pourrai t'accompagner seulement jusqu'au Hall de l'académie par contre, les souterrains sont un peu plus surveillés. Ça ira ?»


Tu continues de marcher à ses côtés et cette fois lui pose une question que tu a tant envie de lui poser.

« Dis... Il te parle de quoi en général Shan? Et puis tu as dit que vous aviez parlé de moi non? »





Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Ven 5 Fév - 16:31



Mercredi 5 Février 2110

Quand j'ai pris la main de Aiji, je ne m'attendais pas à grand-chose de sa part. Cela ressemble juste à un accord entre deux personnes à mes yeux. Pourtant, je sens la force du brun me soutenir et m'aider à me relever alors que j'ai encore un peu de mal à trouver l'équilibre pour me maintenir debout. Je ne m'y attendais pas du tout même s'il m'a déjà dit qu'il ne me ferait pas de mal. Je ne peux pas le croire sur parole. Par le passé, peut-être. Et encore… Alors, quand il me prend par l'épaule pour me coller à lui, je ne me sens pas très bien. Un malaise qui ne fait que s'agrandir en sentant sa main se déposer sur ma hanche. J'ai un mauvais souvenir qui me revient et me bloque légèrement la respiration. Je tente néanmoins de me calmer pour sauter sur l'occasion qu'il vient de me donner :

Alors tiens moi par la main s'te plait…


Je le laisse ajuster notre position et, cela fait, je me sens un peu mieux. Encore une fois, il a pris en compte mon avis et ne l'a pas bafoué. Il ne me trahit pas comme je l'ai été tant de fois. Pourquoi… ?

Il t'a dit qu'il tient à toi.
Tu n'écoutes jamais ce qu'on te dit.
Sois honnête avec lui.
Tu ne peux pas fuir éternellement.






Doucement, alors que Shan me torture un peu plus, nous marchons. À mon rythme. Pas à pas. Je ne tangue pas trop, pas comme plus tôt. Mais j'ai du mal à supporter cet écho. Ce n'est pas la première fois, je le connais. Et je sais que c'est lié à l'absence de Shan, comme s'il s'attaquait psychiquement pour se venger de ne pas l'avoir emmené avec moi. Du coup, j'apprécie de ne pas être traîné ou engueulé parce que je ne vais pas assez vite. Mais… n'est-ce pas mal ? Ne disait-il pas que nous ne devions pas tarder ? C'est difficile de garder le rythme et, surtout, de me remettre. J'ai l'impression que chaque bruit est un supplice. Et j'ai également l'impression d'être très fatigué tout d'un coup. Pourtant, je ne pourrais pas être aidé au-delà du hall de l'école. La raison serait la surveillance des souterrains, mais je ne suis pas sûr de comprendre. Cela n'avait pourtant pas posé de problème il y a une semaine. Qu'est-ce qui a changé ? Je n'ose pas demander. Je crains de trop lui en demander si je le fais. Il doit avoir ses raisons et je ne veux pas qu'il remarque que j'aurais préféré qu'il m'aide jusqu'au dortoir. Si je tombe sur quelqu'un d'autre, ça va être là merde…

Avoue que t'as juste envie de rester avec lui.
Mauviette.
Défends-toi un peu !
T'as intérêt à te dépêcher de venir me retrouver.
Menteur.


Ça ira…



Ma réponse ne contient aucune once de certitude et aucune réelle motivation. Je ne vais pas vraiment avoir le choix de toute façon. Et comme je n'ai confiance en personne, à part Shan et mes parents, je ne pense pas que je veuille qu'il demande à qui que ce soit de me venir en aide. Je n'ai plus qu'à espérer que cela n'aura pas l'effet inverse…

Nous avançons sans changer d'allure. Suite à la réponse que je viens de lui donner, je suis devenu silencieux pour essayer de raisonner inutilement Shan qui s'impatiente de plus en plus. Il me fatigue… J'ai l'impression qu'il ne se calmera pas avant de m'avoir fait une leçon de morale bruyante et horriblement désagréable. Ne peut-il pas comprendre que je l'ai laissé pour son bien ? Surtout qu'il est blessé, bon sang ! Aiji s'intéresse un peu à mon ami. Ou, plus exactement, aux conversations que je peux avoir avec lui, et notamment celles qui le concernent. Je réfléchis et tente d'ignorer au mieux les hurlements incompréhensibles dans ma tête pour lui répondre avec lassitude :

Je me demandais pourquoi j'te voyais jamais alors on a fait des hypothèses avec ce qu'on savait. Pareil pour le fait qu'on dise que t'es fou parce qu'on dirait pas du tout. Y'a des gens plus barges que toi. Sinon… … c'est difficile de dire de quoi on parle vraiment. On s'engueule la plupart du temps. Il a un mauvais caractère et il est trop direct. Disons qu'il parle sans filtre. …


Je m'arrête, pris d'une nouvelle douleur aiguë qui ferme mon visage le temps d'un instant. Puis, regardant un peu devant moi pour évaluer la distance qu'il nous reste, je marmonne :

Il est chiant. Impatient. Cru. Sans pitié. Et là, il arrête pas…


Et ça, pour ne pas arrêter, c'est clair qu'il ne me ménage pas du tout. À croire que son souhait le plus cher est de me faire souffrir le plus possible. D'habitude ça ne me fait pas mal, mais j'ai l'impression que quelque chose est différent. Inquiet sans le dire ou vraiment le montrer, je reprends la marche en accélérant un peu le pas. Si j'avais pu courir, je l'aurais fait.
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 5 Fév - 17:15



Aucune route n'est longue aux côtés d'un ami

05/02/2110
Faux semblant || Alpha project


Le tenir par la main. Tu n'en as pas du tout l'envie et pourtant ! Tu t’exécutes et lui attrape la main doucement pour lui faire suivre le bon chemin, toujours lentement. Il arrive à suivre avec un peu de mal mais vous avancez tout de même. Il ne marche plus autant en zig-zag que tout à l'heure et ça te rassure, cependant son mal de crâne dû à la drogue et à sa voix dans sa tête t'inquiètent un peu plus, cependant tu ne peux pas l'accompagner au delà du hall et ça te fait assez chier mais c'est ainsi. Tu soupires lorsqu'il t'explique de quoi ils parlent à ton propos.

« On en parlera plus tard si tu veux, lorsque tu auras repris tes esprits, d'accord ?»


Attendant sa réponse tu lui souris, voyant se profiler l'académie mais Yuki s'arrête tout à coup, sûrement doit-il avoir la tête qui tourne avec la drogue qui redescend ? Tu le regardes ensuite lorsqu'il te dit comment est Shan avec lui. Tu grimaces un peu. Tu soupires quand tu le vois reprendre sa marche sur un pas plus rapide, tu te remets en route à ton tour. Et une fois devant le hall tu lâches la main de l'adolescent.

« Désolé je dois te laisser là... Même si j'aurais voulu t'accompagner plus loin»


Tu le serre dans tes bras légèrement et par en courant vers les souterrains.



Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Ven 5 Fév - 18:08



Mercredi 5 Février 2110

Sur le coup, j'ai pensé que je ne risquerais rien de raconter à Aiji ce qui se dit entre Shan et moi. Après tout, nous ne faisons de mal à personne, nos disputes ne concernent que nous. Jamais nous n'avons apporté le moindre problème à qui que ce soit. Pourtant, quand je m'arrête un peu de parler, je regrette. Et si, comme les autres, il venait à se moquer avec ses camarades ? Si ça se trouve, il est en train de l'enregistrer pour avoir des preuves ou il écoute attentivement pour mieux me ressortir des conneries dans le futur. Je n'ai pas assez réfléchi et je vais encore avoir des problèmes. Je trouve cela horrible et il semblerait que, en plus de tout le reste, cela n'arrange rien à mon état. La douleur que je ressens est affreuse. Un peu comme si mon crâne était percé avec des clous pointus dans lesquels on frappe avec une force inouïe. Je pourrais même entendre le "clang" du marteau frappant le clou. Bien entendu, ce n'est qu'une illusion de mon esprit fatigué. Une illusion terriblement proche de la réalité. Comment puis-je arrêter tout ça ?

Je ne fais pas trop attention à ce que fait Aiji et je ne fais qu'entendre ce qu'il me dit. Étrangement, je ne fais pas trop attention et hoche la tête quand il me propose d'en parler une autre fois. Je ne retiens pas ce qu'il vient de se passer. Je suis sûr qu'on ne va pas se croiser à moins qu'on ne se retrouve à nouveau dans ce genre de situation. Sinon, pourquoi je ne l'ai jamais croisé autrement ? A quel point est-ce une chance ou un malheur ? Je ne m'en rends pas compte mais je me demande vraiment quelle relation nous pourrions avoir si nous pouvions nous rencontrer plus souvent. De toute façon, je suis bien trop occupé à marmonner et à nager dans un monde qui a toujours été le mien. Celui de la solitude profonde et de la souffrance inconsidérée. Je suis comme ailleurs malgré la sensation de chaleur qui se trouve sur ma main. Elle est pourtant agréable pour moi qui ait si froid. En plus de cela, elle ne me lâche pas et ne me serre pas trop fort. Les ongles ne m'entaillent pas la peau non plus. Non, tout ce que je peux noter c'est qu'elle est là parce que Aiji est à mes côtés avec une patience infinie. Une patience que personne n'a pris le temps d'utiliser.

Devant le hall, la chaleur se dégage, laissant le froid de l'hiver piquer ma peau. Je regarde le garçon qui va me laisser seul malgré son envie, selon ses dires, de m'accompagner plus loin. Plus tôt, il a parlé de surveillance des souterrains, mais en quoi est-ce un problème pour lui ?  Que se passe-t-il pour qu'il soit obligé de partir aussi précipitamment ?  Je me sens à peine réchauffé par la courte étreinte que je viens de recevoir. Et, planté là, je le regarde s'éloigner en sentant mon crâne me lancer et ma poitrine s'ouvrir en deux. Sérieux, mais que m'arrive-t-il ?! Complètement perdu dans mes pensées, du moins autant que Shan me le permet. Shan qui ne se calme que lorsque je le vois, à sa place, dans ma chambre. Il me râle dessus alors que je m'écroule sur mon matelas en grelottant, mais c'est déjà bien plus supportable qu'avant mon retour. Il n'y a plus d'écho et je me sens si soulagé que je m'endors jusqu'à l'heure du dîner.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2