Le Deal du moment :
Figurines Funko POP! One Piece 2023 : où les ...
Voir le deal

Au clair de lune [pv Aiji]
Aller à la page : 1, 2  Suivant


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 3 Sep - 17:15
Encore une de ces maudites nuits sans sommeil. Tu commençais à t'y faire, à la longue... Et tu préférais éviter de prendre des somnifères. La dernière fois, tu avais avalé la boîte complète - était-ce le manque de sommeil ou une nouvelle tentative qui avait primé, ce jour là ? - et tu t'étais vraiment retrouvé mal. Heureusement que Vladimir avait décidé de passer à l'improviste et qu'il avait un double des clefs... sinon, tu préférais ne pas savoir dans quel état tu aurais fini. Il t'avait accordé le bénéfice du doute, mais si tu recommençais, il t'embarquerait pour te garder à l'oeil. Et tu n'avais pas envie d'avoir une nounou sur les bras...

Tu avais besoin de prendre l'air, tout plutôt que rester enfermé chez toi. Tu enfilas rapidement un manteau avant de sortir, errant dans les rues sans réel but, laissant tes pensées vagabonder. De par ton métier secondaire de hackeur, tu avais amassé une somme d'argent assez conséquente et tu pouvais te permettre de vivre dans les beaux quartiers. D'ailleurs, sur le Web, tout le monde te connaissait sous le pseudonyme de Misery.

Misery.... ce n'était à la base qu'un simple pseudo, un nom sans visage. Et puis, tu avais fini par lui donner une apparence, celui d'une jeune fille muette et habillée en maid. Et ce qui te faisait le plus souffrir dans l'histoire, c'est que tout le monde préférait cet avatar à toi. Tout le monde préférait te voir disparaître, au profit de cette illusion. Il n'y avait guère que ton vieil ami, Vladimir, qui savait que Misery et toi ne formiez qu'une seule personne... et il n'y avait que lui qui te préférait "au naturel" comme il disait.
C'était gentil, mais... ce n'était pas lui qui arrangerait ton cas.

"..."

Un faible soupir t'échappa, alors que tu te rendais compte que tu venais d'entrer dans le parc. Les animaux étaient tes meilleurs amis. Bien que tu doutais de pouvoir trouver un quelconque animal cette nuit, ils devaient tous dormir... peut-être pas les hiboux ? Tu marchas en silence, écoutant le bruissement de l'herbe avant de t'asseoir sous un herbe. Tu fermas les yeux, entendant au loin le hululement d'un hibou.

"Si seulement..."
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Sep - 4:23




©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 4 Sep - 21:34
Tu t'étais déjà dit parfois que la plus belle façon de mourir, ce serait de s'endormir et de ne plus jamais se réveiller. Sans souffrance, sans s'en rendre compte... Oui mais voilà, cela pourrait inquiéter les autres, ceux qui veulent vivre. Ils auraient trop peur que cela leur arrive et n'oseraient plus dormir. Pour ta part... La seule chose qui pourrait te déranger, c'est que cela arrive alors que quelqu'un dort près de toi. Le traumatisme serait trop grand.

Tu soupires intérieurement en écoutant les bruits aux alentours. Étrangement, la nature te calme, même lorsque ton moral est au plus bas ou que tu es dans une "crise". Ces fichues crises... Ce sont elles qui t'ont valu une bonne partie de tes coupures, dernièrement. Si seulement tu avais un autre moyen pour les gérer, sans pour autant devoir libérer cette rage sur quelqu'un d'autre... Cela t'était déjà arrivé, et tu ne voulais pas recommencer.

Perdu dans tes pensées, tu n'avais pas entendu des bruits de pas venir dans ta direction. Ce ne fut que l'odeur du tabac qui te ramena à la réalité - car tu n'avais croisé personne qui fumait sur la route. Tu regardas autour de toi, avant de voir qu'une autre personne était assise non loin de toi.


«  Belle soirée n'est-ce pas ? »

Au coin de ses lèvres... ce ne serait pas ?

Les vampires, ça n'existe pas.
Et de toute façon, même si c'était bien du sang, il y avait une explication logique à sa présence. Tu n'allais pas lui poser la question, tu ne voulais pas savoir. Instinctivement, tu t'étais tendu, ne sachant pas qui était cet inconnu, la raison de sa présence dehors à cette heure tardive... et encore moins pourquoi il avait décrété de s'installer ici.

"Si l'on veut... excepté les insomnies..."

A cause de l'incident de la boîte de somnifères, tu avais dû jurer à ton vieil ami de ne plus jamais en prendre. Et non seulement tu savais qu'il veillerait personnellement à ce que personne ne t'en prescrive, mais en plus tu te refusais à briser cette promesse.

"Et je ne suis pas autorisé à prendre des somnifères... foutu surdosage."

Cette dernière phrase avait été davantage marmonnée que vraiment prononcée à voix haute,, plus dans le simple but de te plaindre. Tu en avais marre de ta santé, comme si le fait d'alterner entre ta déprime et ta paranoïa n'était pas assez...

"Vous n'avez pas l'air de manquer de sommeil, vous..."

Oui, c'était une remarque un peu jalouse. Mais tu n'avais pas pu t'empêcher de remarquer qu'il n'avait pas vraiment l'air fatigué...
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Sep - 14:48




...

Au clair de luneYhsim



Ah, les insomnies. Tu le rejoins bien sur ça  étant donné que tu souffres aussi de cela. Tu vois bien que ses yeux se sont posés un instant sur la commissure de tes lèvres et tu te les lèches. Un sourire en coin se dessine sur ton visage. Il y avait donc une raison pour qu'il regarde à cet endroit, tu as senti le goût ferreux qu'à le sang, ce doux elixire. Tu l'entends marmonner et comprends ses paroles. Qu'a-t-il fait avec eux ? Un surdosage hein ? Qu'importe, ce ne sont pas tes affaires.

«  Personnellement les somnifères ne me font aucun effets, les médicaments en général d’ailleurs. » Dis-tu en pouffant de rire.

Tu rigoles de nouveau. Si tu manques de sommeil ? Bien sûr que tu en manques ! C'est dur de dormir avec des liens de contention. Tu te retiens de sourire une nouvelle fois. Dois-tu lui dire ? Tu tire une longue latte sur ta cigarette, tellement salvatrice.

«  Pour avoir dû dormir totalement immobilisé pour ma santé je vous assure que c'est dur de dormir. Donc oui, je suis fatigué moi aussi... » Tu dis ça sur un ton tout à fait neutre en jouant avec ta cigarette qui, grâce au peu d'air qu'il y a ne se consume pas très vite. Au pire tu en allumerais autre bien sûr...

« Que faites vous ici ? C'est parfois dangereux de rester le soir seul... Les internés peuvent sortir... » Tu reprends une taffe. Ne te vendrais -tu pas un peu ? Bof qu'importe. Tu ne comptes pas boire son sang, la jeune femme t'a largement suffit.

Néanmoins, ton instinct te fait regarder sa jugulaire qui apparaît assez pour avoir envie de la mordre jusqu'à ce qu’elle laisse son liquide précieux aller dans ta bouche, puis ta gorge. Boire, sans s'arrêter jusqu'à ce que tu en aies assez. Mon Dieu que c'est bon!enfin que pour ne pas qu'il voit ce regard envieux tu détourne les yeux et regarde le vide devant toi en soupirant.

«  N'avez vous pas de quoi faire chez vous pour venir au  parc ? Bien que je trouve cette activité des plus … détendue. » Tu ricanes, tu sais de quoi tu parles. Lorsque tu sors la nuit c'est entre parce que tu ne peux pas jouer des instruments dont tu as envie dans la salle de musique. Elle est bien insonorisée certes mais il y a aussi ce besoin de … Vous savez quoi à force et  c'est celui-ci qui est le plus fort bien entendu !



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 5 Sep - 21:53
Ça en est...

Tu choisis une fois de plus d'ignorer la petite voix dans ta tête. Et c'est beaucoup plus facile en étant dans un environnement qui te détend, et ce même si la présence de l'autre à tes côtés te stresse un peu. En admettant que ce soit vraiment du sang, il a peut-être juste voulu nettoyer sans s'en mettre plein les mains. Tu connais une personne qui a déjà fait ça, une fois ou deux.


«  Personnellement les somnifères ne me font aucun effet, les médicaments en général d’ailleurs. »

Il en avait de la chance, en un sens... Il pouvait avaler des boîtes entières de médicaments sans risquer le surdosage accidentel. Mais s'il avait comme toi des pensées suicidaires, c'était un problème... Tu chassas cette pensée de ta tête. Tu n'étais pas là pour déprimer.

«  Pour avoir dû dormir totalement immobilisé pour ma santé je vous assure que c'est dur de dormir. Donc oui, je suis fatigué moi aussi... »

Tu sais ce que ça fait, on t'a fait subir ce sort une fois ou deux. Du moins, après un enchaînement de tentatives désespérées, qui avait valu de rendre ton ami vraiment énervé. Et on ne dort vraiment pas bien du tout... mais tu ne vas pas lui raconter cela, il n'a pas besoin de le savoir.

« Que faites vous ici ? C'est parfois dangereux de rester le soir seul... Les internés peuvent sortir... »

Les internés étaient loin d'être ton souci. Tu étais un danger pour toi-même, de base, au point que certaines personnes devaient constamment te surveiller. Tu avais d'ailleurs l'étrange impression que quelqu'un te fixait, non loin... Un bref regard dans les alentours immédiats te montra qu'il n'en était rien.

«  N'avez vous pas de quoi faire chez vous pour venir au  parc ? Bien que je trouve cette activité des plus … détendue. »

"Si je reste chez moi, il y a environ 95% de chances pour que je fasse une connerie."

Et bordel, voilà que tu te mettais à parler comme un spécialiste en mathématiques... Comme si tu avais besoin de cela. Tu soupiras, te massant les tempes. Tu n'avais pas mal à la tête, mais tu avais besoin de faire ce geste pour te détendre un peu.

"Et puis, prendre l'air m'évite de trop ressasser de pensées à cause de mes insomnies... De plus, je me sens à mon aise, ici."

Ne lui dis pas.

Tu t'apprêtais à rajouter que tu t'endormais parfois dehors, mais la voix dans ta tête t'en dissuada. Pourquoi ?

"Et vous, alors ? Pourquoi avoir choisi de venir au parc ?"
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Sep - 11:10




...

Au clair de luneYhsim



Des conneries ? De quoi peut -il bien parler ? Oui sûrement de mettre fin à ses jours. Enfin pour toi c'est le genre de choses auxquels tu penses en premier mais après tout cela ne te regarde pas, tu ne connais pas cette personne alors à part le fait qu'elle pourrait te servir de repas tu n’as pas grand chose à lui demander. Sauf si, sauf si tu veux faire réellement connaissance avec lui ? C'est une option certes, qui ne te dérange pas non plus, ça fait combien de temps que tu n'as plus fait cela ?

"Et puis, prendre l'air m'évite de trop ressasser de pensées à cause de mes insomnies... De plus, je me sens à mon aise, ici."

Tu regardes toujours droit devant toi, le regard dans le vague, aspirant sur ta sucette à cancer en écoutant l'homme parler.

«  Je me sens à mon aise ici aussi donc je vous comprends. C'est paisible, calme et je ne sais pas si vous savez où c'est mais il y a un coin à luciole d'ans l'un des endroits de ce parc. J'adore les regarder. »
Ah ça oui tu adorais voir ce ballet que faisait ces insectes

Tu pouffes de rire lorsqu'il te demande qu'est ce que tu fais là. Que dois-tu dire ? Que tu es un interné ayant besoin d'évasion ? Oui ça pourrait être drôle de voir sa réaction. Comment serait sa façon de te parler, de te voir après que tu lui aies avoué . Tu portes la cigarette à ta bouche puis et balaye l'air de la main.

«  Je ne suis qu'un simple interné avide de liberté.. Pour une nuit du moins... » Tu ricanes et recraches la fumée par le nez



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 7 Sep - 22:24
Si tu étais resté seul, tu aurais pu t'endormir facilement... et te réveiller le lendemain matin entouré de curieux de toutes espèces. Mais du fait qu'il y avait quelqu'un à côté de toi, c'était fichu, tu pouvais dire adieu à un minimum de sommeil. Tu allais littéralement te rendre en mode zombie au boulot... enfin, ce n'était pas la première fois que cela t'arrivait, et ils étaient habitués à tes frasques.

Tu avais toujours trouvé une excuse valable à tes absences soudaines, à tes multiples blessures. Ou plus exactement, ton meilleur ami t'avait aidé à les trouver... car si cela ne tenait qu'à toi, tu raconterais toujours les mêmes mensonges, et finirais par ne plus être cru. De plus, son passé de militaire aidait à ce que personne ne cherche à trop creuser... il passait plus de temps à veiller sur toi qu'à réellement bosser, en ce moment.


«  Je me sens à mon aise ici aussi donc je vous comprends. C'est paisible, calme et je ne sais pas si vous savez où c'est mais il y a un coin à lucioles dans l'un des endroits de ce parc. J'adore les regarder. »

Tu hoches légèrement la tête en l'écoutant. Oui, tu avais déjà vu le coin à lucioles... mais ce n'était pas l'idéal si tu cherchais le sommeil. Et de plus, tu n'avais guère envie de finir en nid à insectes...

«  Je ne suis qu'un simple interné avide de liberté.. Pour une nuit du moins... »

Un interné, hein ? Tu aurais presque pu le deviner, à la façon dont la voix dans ta tête t'incitait à la retenue. Il ne devait pas être du genre commode, en temps normal...

Ne joue pas à ce jeu...

Tu tentas de l'ignorer.

"Une chance alors que je ne me soucie guère du respect des règlements... enfin, tant que je n'ai pas à constater certaines choses..."

Qu'ils se disputent, qu'ils se battent entre eux, peu t'importait. Mais si tu en voyais un se faire harceleur...

"Mais je suppose que vous devez quand même rentrer avant le lever du soleil..."
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Sep - 16:15




...

Au clair de luneYhsim



"Une chance alors que je ne me soucie guère du respect des règlements... enfin, tant que je n'ai pas à constater certaines choses..."

Tu hausses un sourcil. Respect du règlement ? Serait-il de l'académie ? Tu pouffes de rire et aspire sur ta sucette à cancer avant de prendre la parole.

«  Devrais-je en conclure que vous êtes un membre du personnel ? Un professeur peut être ? »

Tu poses la question mais dans le fond tu en es persuadé. C'est juste une question, rhétorique, dirons-nous ? Tu écrases ta cigarette et la mets dans un petit sachet que tu refermes et mets dans ton sac bandoulière.

Yhsim prend de nouveau la parole. Bien sûr que tu dois rentrer au lever du soleil. C'est la chambre d'isolement si on constate que tu n'es pas dans ta chambre à l'heure du petit déjeuner. Tu soupires.

«  Malheureusement oui sinon c'est.. » Tu pouffes de nouveau de rire. «  C'est punition... Vous avez de la chance de pouvoir être libre de sortir et rentrer comme vous le voulez... Je vous envie... »

Et voilà que tu te prends à être « triste ». Tu es en manque de liberté, tu l'as toujours été depuis que tu es dans ces souterrains, même la cours spécialement créée pour tous ceux comme toi est trop petite... Enfin bref, tu sors une nouvelle clope et l'allumes.



©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 14 Sep - 22:02
«  Devrais-je en conclure que vous êtes un membre du personnel ? Un professeur peut être ? »

Il ne te connaissait pas ? Voilà qui était assez surprenant... Pourtant, tu étais connu comme le loup blanc... que ce soit pour tes cours d'une difficulté trop élevée pour le commun des mortels - au point que tu devais limite leur apprendre les bases de l'informatique, et tu détestais ça - ou pour ton ami qui débarquait parfois sans prévenir et venait te passer un savon. Au point que la phrase qui te définissait le plus était "Ne lui dites rien".

«  Malheureusement oui sinon c'est... C'est punition... Vous avez de la chance de pouvoir être libre de sortir et rentrer comme vous le voulez... Je vous envie... »

Il te considérait libre ? Il avait faux. Si tu t'aventurais sans avertir ton ami, tu pouvais être certain qu'il partait à ta recherche... D'ailleurs, tu espérais qu'il n'avait pas mis ta maison sous surveillance, sinon bonjour les emmerdes...

"Eh bien... Pour être sincère... Je ne suis pas complètement libre de mes mouvements non plus. Je n'ai pas d'endroit où je dois rentrer avant une heure précise, mais disons que j'ai un peu un... chaperon. Le genre borné et décidé à m'avoir à l'oeil à cause de mes agissements..."

Il te le répétait souvent : il t'avait trop de fois sorti de l'hôpital pour te laisser tout foutre en l'air comme ça. Et tu craignais le jour où il n'arriverait pas à temps pour t'éviter la cellule spéciale...

Et ce jour là, tu l'auras cherché...

"Et sinon, oui, je suis professeur. Je suis tout de même surpris de croiser des étudiants dehors... Pas que je cherche tant que ça à les éviter en dehors de l'académie, mais je les supporte assez en cours."

Un faible soupir t'échappa alors que tu te massais les tempes. Tu aurais voulu dormir paisiblement à la belle étoile...
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Sep - 9:32




...

Au clair de luneYhsim



Il a l'air perdu dans ses pensées. À quoi songe -t-il te demandes-tu. Tu aimes le savoir, tu aimes tout savoir après tout, ça peut toujours aider. Mais bon tu ne lui demandes pas, peut être parce que tu sais qu'il ne te répondra pas ? Non... Bon tu remets cette question à plus tard en voyant qu'il ouvre la bouche pour prendre la parole.

Un chaperon ? Un chaperon c'est plutôt du genre à taper sur les doigts si tu ne fais pas ce que tu dois faire dans les temps ou autres, non ? Tu soupires et t'allumes une autre cigarette en ayant tout de même un petit sourire en coin. Ouais bon en fin de compte il est peut être un peu comme toi ? À ne pas être totalement libre de faire ce qu'il veut. Mais... De quel genre d'agissements peut-il bien parler ? Ta curiosité est de nouveau piqué à vif et cette fois tu ne te gênes pas pour lui demander ! Après tout autant taper la causette avec quelqu'un vu  qu'il ne dort pas...

«  Si je puis me permettre, de quels agissements parlez-vous ? Ce ne doit pas être de la gnognotte pour se retrouver avec quelqu'un qui doit veiller constamment sur vous.... Personnellement, les surveillants n'en peuvent plus de moi parce que je suis trop instable à cause de ma maladie donc j'ai souvent le droit d'aller en chambre de confinement.... Bref, revenons-en à vous ! Dites moi tout bien que je sois indiscret et je m'en excuse peut être un peu ? »


Ton débit de parole a été rapide, comme souvent d'ailleurs mais bon, tu sais quand il faut parler vite ou non. Cependant, tu ne sais pas vraiment pourquoi tu lui as parlé des punitions qu'on te donne. Surtout que savoir qu'on est en train de discuter avec un interné échappé des sous sol, qui avait du sang au coin de la lèvre c'est pas forcément rassurant de devoir l'imaginer avec des liens de contentions ou une camisole de force... Tu portais d’ailleurs encore les cicatrices  de ses liens. Bon ok tu les avais cherchés, assoiffé de sang comme tu l'es... Oh et puis après tout tu ne les cachais pas, pourquoi le faire après tout ? Et puis, tu es tout le temps enfermé avec d'autres ado qui, eux aussi, souvent on des cicatrices comme les tiennes. Autant ne pas se fatiguer à les cacher, n'est-ce pas ?

Avec tout ça tu avais encore oublié ta clope que tu gardais au coin des lèvres. Tu t'en es rendu compte pile au moment où tu as vu de la cendre tombée sur ton jean's délavé et déchiré par endroit. Tes tenues sont toujours négligées mais avec ta tête ça te donne un petit côté mauvais garçon, ce que tu es, et punk ce qui est, comme la première affirmation, aussi le cas. Tu attrapes donc ta cigarette avec ton index et ton doigt d'honneur pour la retirer de tes lèvres une fois que tu as aspiré dessus. Gardant la fumée quelques secondes pour ensuite la recracher au dessus de vos têtes. Ayant penché ta tête en arrière tu contemples le ciel et la lune. Le temps est parfait pour ça ce soir.

«  C'est une lune à la Cheshire ce soir... » Dis -tu en pouffant de rire.





©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 22 Sep - 23:31
«  Si je puis me permettre, de quels agissements parlez-vous ? Ce ne doit pas être de la gnognotte pour se retrouver avec quelqu'un qui doit veiller constamment sur vous.... Personnellement, les surveillants n'en peuvent plus de moi parce que je suis trop instable à cause de ma maladie donc j'ai souvent le droit d'aller en chambre de confinement.... Bref, revenons-en à vous ! Dites moi tout bien que je sois indiscret et je m'en excuse peut être un peu ? »

En chambre de confinement, hein... Tu savais que tôt ou tard, on finirait par t'y enfermer à cause de tes multiples tentatives. Rien que l'idée suffisait à faire naître une boule d'angoisse dans ton estomac. Tu chassas l'idée de ta tête, estimant qu'il était préférable de ne pas trop y songer pour le moment.

Il était bien trop curieux pour son propre bien... sans savoir que tu pouvais toi aussi t'avérer dangereux, surtout si tu te retrouvais en pleine crise sans parvenir à la stopper à temps.

On parle d'un interné, là...

Interné ou pas, si tu te laissais submerger, tu étais difficilement contrôlable. La preuve avec ce que tu avais fait à ton ancien boulot... Le directeur pesait plus lourd que toi, car il était assez... enrobé, pour ne pas trop médire. Pourtant, tu n'avais eu aucun mal à le traîner vers les escaliers avant de l'y balancer.


«  C'est une lune à la Cheshire ce soir... »

Tu ignorais ce qu'était une lune à la Cheshire, et tu ne te voyais pas lui poser la question. Déjà, tu devais lui répondre...

"Tentative de suicide. Plusieurs."

C'était un poil bref, mais c'était un assez bon résumé, non ? Bon, d'accord, il ne se contenterait pas que de ça...

"J'ai fini de multiples fois à l'hôpital à cause de cela... Et mon chaperon commence à en avoir un peu assez."

Inutile d'en dire trop, tu n'allais pas raconter à un interné que ton meilleur ami - un ancien militaire russe qui n'était pas surnommé le Lion de Sibérie pour rien - devait constamment veiller sur toi car il savait qu'à la moindre inattention, tu en profiterais.

"Et vous, qu'est-ce qui vous vaut la camisole de force ?"

Tu ne devrais pas demander...

Oh la ferme.
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Jan - 8:07




...

Au clair de luneYhsim



Tu t’apprêtais à ce que ce Yhsim ne réponde pas à ta question de ses agissements. Qu'est ce que cela pouvait bien être ? Tu étais curieux, ça oui, très voir trop curieux mais c'était plus fort que toi. Tu aimais connaître les gens que tu croisais même si tu ne les reverrais plus par la suite, c'était dans ta nature voilà tout... Tu aspiras sur ta cancerette et haussas un sourcil en tournant imperceptiblement ta tête. L'air de dire « sérieux ? Tu te confies à moi là ? » mais, bizarrement cela te fit du bien, pour une personne à qui personne te parlait à part Victoria parce que tu pouvais boire de son sang c'était très rare que l'on se confie à toi. Alors comme ça il avait fait des tentatives de suicide hein ? Pour quelles raisons ?

Cette fois tu tournas un peu plus ta tête sur le côté tout en l'inclinant. Toi aussi tu avais souvent fini à l'hôpital. Un point commun... Enfin bref. C'est vrai que son chaperon, comme il l'appelait, devait en avoir assez mais aussi tu supposais que c'était parce qu'il s'inquiétait si son protégé perdait vraiment la vie. Tu soufflais la fumée et repris une taffe directement de suite.

«  C'est parce qu'il à toi qu’il en a marre non ? Tu penses pas que... Il en a marre parce qu'il a peur de te perdre pour de bon ?  Enfin c'est que mon ressenti, tu le prends comme tu veux... »

Tu te détournas de lui et regardas de nouveau en face de toi, faisant bouger tes jambes à cause de fourmillements dans celles-ci. Puis sans t'y attendre l'homme qui devait être un peu plus vieux que toi, demanda qu'est-ce qui te valait la camisole ? Aurait-il peur si tu lui disais ? Qu'importe, tu avais passé assez de temps dehors tu pourrais rentrer à l'académie pénard.

«  Je souffre de la maladie de renfield à une assez grosse gravité. » Tu soupiras. «  J'sais pas si vous connaissez mais c'est la maladie qui fait d'une personne un vampire si j'puis dire... Les gens comme moi aime le sang, que ce soit l'odeur, le goût ou la vue. Et, parfois je ne me contrôle plus donc on m'enferme et je n'ai plus le droit d'être avec les autres pour ne pas les blesser... La camisole est aussi pour ne pas que je me fasse du mal à moi aussi»

Qu'allait faire l'homme à présent ? Partir en courant ? Faire face à cette vérité plutôt apeurante, malaisante. Tu soupiras, fumant ta dernière latte sur ta clope consumée jusqu'au filtre quasiment. Cette partie n'était pas la meilleure de la clope. La meilleure était sans nulle doute la première et la seconde latte. Enfin que voilà, tu te perdais dans tes pensées, tu éteignis ta cigarette te retenant d'en allumer une nouvelle. De quoi pouviez vous parler ? S'il n'était pas partie c'est qu'il n'avait pas peur après tout, si ? Qui sait, peut être était-il pétrifié par la peur ? Tu pouffas dans ta barbe, tu ne le connaissais pas donc tu n'avais aucun moyen de le savoir et ça, tu n'aimais pas. Ta langue claqua sur ton palais, tic que tu avais lorsque tu n'étais pas satisfais ou frustré.

«  Tu veux partir peut être ? »





©️ Jawilsia sur Never Utopia

Revenir en haut Aller en bas


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 10 Jan - 16:23
Tu savais qu'il tenait à toi, ton ami. Tu savais qu'il faisait tout ça parce qu'il ne voulait pas que tu te foutes en l'air. Mais tu voulais qu'il comprenne pourquoi tu faisais cela, pourquoi tu en avais à ce point marre : tu n'en pouvais plus de cette solitude qui te rongeait, de ces moqueries sur qui tu étais, de ce déni autour de ce que tu avais vécu. D'accord, tu avais ton vieil ami... et tu avais aussi Kei, ce professeur de maths qui semblait apprécier ta compagnie - bien que tu te demandais pourquoi il restait autant avec toi, tu n'étais pas sortable - mais c'était tout. Juste deux amis, et aucun espoir pour l'avenir.

«  C'est parce qu'il tient à toi qu’il en a marre non ? Tu penses pas que... Il en a marre parce qu'il a peur de te perdre pour de bon ?  Enfin c'est que mon ressenti, tu le prends comme tu veux... »

Pour un cinglé, il a pas tort.

Tu ignoras de nouveau la petite voix dans ta tête. C'était elle aussi qui t'usait, te fatiguait. Ta paranoïa était parfois poussée à l'extrême, et cela te valait d'être rejeté par des gens qui ne voulaient pas comprendre... Heureusement, l'interné reprit la parole, te sortant de tes pensées.


«  Je souffre de la maladie de Renfield à une assez grosse gravité. J'sais pas si vous connaissez mais c'est la maladie qui fait d'une personne un vampire si j'puis dire... Les gens comme moi aime le sang, que ce soit l'odeur, le goût ou la vue. Et, parfois je ne me contrôle plus donc on m'enferme et je n'ai plus le droit d'être avec les autres pour ne pas les blesser... La camisole est aussi pour ne pas que je me fasse du mal à moi aussi. »

Une maladie qui changeait les gens en vampire...

C'était donc bien du sang...

Comme si tu avais jamais eu besoin d'une confirmation. Vu le nombre de fois où tu avais fini les mains couvertes de ce liquide vermillon, tu avais pris à en reconnaître la couleur et la texture. Pas encore l'odeur, mais à force, ça viendrait possiblement...


«  Tu veux partir peut être ? »

Partir ? Pour quoi faire ? Tu secouas la tête sans répondre de suite. Bizarrement, de savoir que tu avais quelqu'un de potentiellement dangereux pour toi, cela te rassurait. Tu te sentais un peu moins seul. Bon, pas au point d'arrêter tes "conneries" comme le Lion le disait... mais juste assez pour être moins sur tes gardes. S'il tentait de t'attaquer, tu n'aurais qu'à laisser la crise venir, la laisser prendre le contrôle.

"Non, je veux rester encore."

C'était potentiellement suicidaire, mais tu t'en foutais pas mal. Tu avais toujours cet atout secret en manche.

"Discuter un peu avec quelqu'un d'autre qu'un psy qui refuse de m'écouter, ça fait du bien..."
Revenir en haut Aller en bas


Aiji Hakata

Infecté souterrains

Messages : 65
Date d'inscription : 02/09/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Jan - 5:40



Au clair de lune

10/01/2110
Frozen || Madonna


Tu avais expliquer ta maladie sans trop de mal, après tout tu ne l'avais jamais reniée, elle faisait partie de toi, bien que tu aurais rêvé d'être « normal », comme tout le monde quoi. Mais, avec ce poids lourd sur ton dos il tétait impossible de vivre comme tout le monde, c''est pour cela que tu n’avais pas demandé ta permission de sortir des souterrains.  Tu savais que parfois tu ne te contrôlais pas et que tu faisais du mal aux autres. Tout comme la femme de tout à l'heure. Tu t'en voulais et à la fois pas du tout... Tu secouas la tête de gauche à droite alors que le professeur te disait qu'il resterait ici quand même, un petit sourire naquit sur ton visage. C'était rare tout de même... Tu avais lâcher une petit bombe non ? Et lui la seule chose qu'il trouva à faire était de secouer la tête en montrant une négation. Instant sur le fait qu'il voulait rester malgré la petite bombe qu'il venait de lâcher. Dans le fond ça te faisait réellement du bien d'avoir quelqu'un avec qui parler et qui n'était pas sur ses gardes. Mais peut que lui aussi était malade ? Tu ne savais pas et honnêtement tu t'en foutais clairement, il était gentil voilà ce que tu retenais.

« Pour une fois qu'on ne me fuit pas...»


Tu pouffais de rire et rallumais une cigarette, te laissant tomber sur le gazon qui était légèrement humide par cette nuit froide. Tu n'étais clairement pas assez habillé pour cette nuit... Qu'importe ! L'homme reprit la parole et tu haussais un sourcil en le regardant. Les psy étaient de bonnes personnes, enfin... Tu étais tombé sur un bon fut un temps. A l'internat ils étaient nuls. Et tu te doutais alors que ton ami d'un soir était tombé sur des cons... M'enfin il en fallait pour tout le monde, des histoires de merde comme ça, non ? Tu pris la parole sur un ton de rigolade bien que c'était un rire légèrement amer.

« Si tu savais à quel point les psy des souterrains sont des brêles, je pense qu'on pourrait les mesurer sur une échelle de la connerie et que... Même avec ça ils la dépasseraient. C'est triste je trouve.


Tu tirais une latte sur ta clope tout en fixant la lune où quelques nuages passaient devant elle. Le spectacle était beau, tu adorais regarder le ciel et les étoiles. Et à cette pensée précise tu vis une étoile filante. Souriant béatement tu  repris une latte sur ton bâtonnet de tabac, cherchant une idée de dialogue avec le jeune homme, tu avais envie de parler avec lui, il avait l'air intéressant !

« Ça me trotte dans la tête, tu es malade toi aussi ?







Revenir en haut Aller en bas


Yhsim Kisanagi

Infecté

Messages : 72
Date d'inscription : 30/08/2020
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 27 Jan - 21:23
Parfois, tu te demandais si tu n'étais pas malade. Cela aurait pu expliquer pas mal de choses, et notamment le fait que tout le monde t'ait ainsi rejeté... mais non, tu étais "juste un peu déprimé", dixit ton psychiatre. Juste un peu... la blague. A croire que cela pouvait se résoudre avec juste un sourire par jour. Si même Vladimir ne pouvait pas t'empêcher de tenter de mettre fin à cette souffrance...

Mais il n'y aura jamais de fin...

Tu insultas mentalement la petite voix de ta paranoïa. Elle aussi contribuait à t'épuiser ainsi. Au point que tu ne savais plus quoi faire pour qu'elle te fiche la paix.


« Pour une fois qu'on ne me fuit pas... »

Tu le comprenais, sur ce point. Bien que ce n'était pas du tout pour les mêmes raisons. Toi, on t'avait fui... pour quel motif, au fait ? Pour quelle raison, hormis celle que tu ne leur avais jamais plu, peu importe tes tentatives pour t'intégrer ?

« Si tu savais à quel point les psy des souterrains sont des brêles, je pense qu'on pourrait les mesurer sur une échelle de la connerie et que... Même avec ça ils la dépasseraient. C'est triste je trouve. »

Ceux de l'extérieur ne valaient pas mieux. Toujours à minimiser, à dénier ta souffrance, à prétendre que tu exagérais... tes multiples séjours à l'hôpital et le fait que ton vieil ami t'ait à chaque fois échappé le service psychiatrique n'étaient pas là pour faire joli. Sans oublier les cicatrices à tes poignets, presque invisibles depuis le temps, mais tu préférais continuer de les cacher. Honte ? Peut-être.

« Ça me trotte dans la tête, tu es malade toi aussi ? »

Ah, la fameuse question...

"Sincèrement... j'aurais aimé l'être. Ca aurait justifié pas mal de choses. Mais non, je suis juste 'un peu déprimé mais ça va passer, faut faire des efforts' dixit mon psychiatre. Ils sont pas franchement mieux dehors..."

Un bref soupir t'échappa. Et voilà que maintenant, tu avais envie d'une cigarette... c'était bien le moment.

"Bien qu'en un sens, j'ai de la chance, j'ai pu échapper à l'internement d'office grâce à mon ami. Et même si j'ai pas très envie de tester..."

Tu ne pouvais lutter contre cette solitude qui te rongeait.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant