-38%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
31.19 € 49.99 €
Voir le deal

Donnez un grain d'audace au timide, il deviendra roi. || PV Yubel
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 13 Aoû - 22:24
Il était clairement surpris de voir le petit Yuki ici, c'était bien vrai, surtout en sachant qu'il était interné - il avait eu l'information de la part de son ami. Mais ce n'était pas pour autant qu'il le renverrait dans ce trou à rat. Il n'avait que de vagues échos, mais il se doutait bien que ce n'était pas le genre d'endroit où l'on rêvait de finir... raison pour laquelle il veillait tant sur Yhsim. A la longue, ses multiples tentatives risquaient de lui valoir un aller simple pour la camisole de force... alors qu'il n'était pas fou, juste en souffrance morale.

- J’voulais parler avec… avec t-vous ?

Il nota cette hésitation entre le tutoiement et le vouvoiement... cela lui rappela la première fois qu'il avait rencontré Yhsim et l'avait ramené chez lui. Le pauvre avait toujours fait en sorte d'éviter utiliser des phrases où il répondait directement, esquivant ainsi cette hésitation entre "tu" et "vous". Parfois, repenser à Yhsim à ses débuts lui faisait mal, sans qu'il ne sache trop pourquoi.

- J’avais plein plein de choses à dire, à discuter. Mais j’arrive plus à me rappeler quoi maintenant.

Vladimir n'était pas pressé, il avait tout son temps et pouvait largement attendre que Yuki retrouve ses questions. Au pire, il irait se coucher à l'heure où sa femme se lèverait, ce ne serait pas la première ni la dernière fois.

- T-Vous aimez bien les fous ?

Les fous ? Ah oui, c'est vrai, Yuki était considéré comme tel. Vladimir retint un soupir, souriant.

"Déjà, tu peux me tutoyer, ce sera plus simple. Et ensuite... On va dire que j'apprécie les gens de façon générale, peu importe dans quelle catégorie ils entrent. Enfin, du moment qu'ils ne s'en prennent pas aux personnes à qui je tiens."

Il ne put s'empêcher de se souvenir qu'Yhsim, lors de sa première visite ici, était tendu, comme s'il s'apprêtait à fuir au moindre bruit. Heureusement que sa chère et tendre avait su l'apaiser rapidement.

"Prends ton temps pour te souvenir, je ne suis pas pressé. On a toute la nuit. Et ne t'en fais pas pour refaire la route en sens inverse, je te redéposerai quand le matin sera proche."

D'un côté, il voyait pourquoi Yhsim avait tant tenu à l'aider, il voyait la ressemblance entre les deux... de l'autre, si Yhsim avait juste souffert d'un manque d'affection, Yuki avait été traité comme la pire des vermines. Ils se ressemblaient mais étaient différents... c'était là le plus complexe à gérer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Sam 14 Aoû - 0:19



Jeudi 24 avril 2110

Je n’ai pas le droit d’être là pour plein de raisons. Certaines totalement évidentes. Celle à laquelle je pense, pourtant, est que monsieur Vladimir Donovan est bien trop gentil avec une personne telle que moi. Il m’écoute. Il me laisse m’exprimer. Il ne s’énerve pas. Il…

Oh !!!
C’est bon ?
T’as pas bientôt fini ?!

Je fronce un peu les sourcils. Les cris de Shan m’ont fait mal, comme s’ils résonnaient dans ma tête. Je vois ça comme une preuve que je dois être fou, encore. Shan est la seule raison pour laquelle je le suis, de toute façon. Pourtant, le maître de cette maison me sourit. Il le fait malgré ce que j’ai dit, même si je ne l’ai pas fait correctement, et même si je ne suis pas normal. J’imagine qu’il fait ça pour obtenir ma confiance. J’aimerais que ce ne soit pas le cas. Je l’observe pour être sûr.
Pour le moment, il ne bouge pas. Il ne s’approche pas de moi. Il ne montre aucun signe montrant qu’il soit sur le point de s’énerver comme le faisaient mes parents. Autour de moi, rien ne me permettrait de me défendre. Aurais-je dû essayer de trouver une lame ?

Tu en as une, abruti…

Shan est désespéré. Je ne peux que le comprendre pour le coup. J’ai complètement oublié que j’ai celle qui a été souillée par le sang de cette fille au regard mauvais. Je n’aurais qu’à mettre ma main dans ma poche pour la trouver. Donc, finalement, je peux me défendre si je viens à être en danger. Je me permets donc de l’observer quand il me donne certaines autorisations. Je suis un peu surpris de pouvoir le tutoyer. Aussi, je peux prendre mon temps.
Doucement, mes sourcils se froncent légèrement. C’est très bizarre. Je suis certain qu’il va finir par me dire d’aller plus vite après. Ce qu’il m’explique se tient et c’est cool s’il tient sa promesse de me ramener à l’école avant l’aube. Mais j’ai en tête ce que faisaient et disaient les monstres avec qui je vivais avant. Par exemple, il fallait que je fasse attention, mais que j’aille vite. Enfin… ce sont des monstres et ils sont trop bizarres depuis que je suis tout petit. Lui, Vladimir, je ne le connais pas vraiment. Maintenant que j’y pense, je ne comprends pas comment j’ai pu vouloir me rapprocher de lui et lui parler. Ça me bloque.

T’sais jamais c’qu’tu veux !!!
Fais un choix, merde !
T’veux rester com’ça tout l’temps ?!

Cette fois, il est en colère et la migraine qu’il provoque s’intensifie. A cause de ça, j’arrête de regarder l’adulte pour fermer les yeux, le front sur mes genoux. Il est chiant ! Mais je mérite cette douleur. Puis… il n’a pas tort.
Je finis par rouvrir les yeux pour reprendre mon observation. Il a dit qu’il n’a rien contre les fous comme tant qu’on ne fait pas de mal aux personnes qu’il aime. Je pense pouvoir comprendre ce qu’il veut dire. Si quelqu’un fait du mal à Aiji, je deviendrais un démon. Faut que je pense à le devenir avec le directeur, non ?

- On peut faire quoi contre un adulte qui fait des trucs comme les monstres m’ont fait ? Je peux défendre quelqu’un contre un adulte, moi aussi ?


Je veux que Aiji soit en sécurité, mais je ne sais pas comment le dire.

Parc’qu’t’es un crétin fini !
imbécile !!!
Réfléchis un peu !!

La colère, encore. Une colère à laquelle je me permets de répondre sans vraiment y penser en posant la zone juste sous le pouce sur ma tempe douloureuse, et ce sans même faire attention à la potentielle réponse qui m’est donnée :

- P’tain mais ferm’là !!


Ben quoi ?!
T’m’parle pas comme ça !!

- La ferme… La ferme. La ferme ! La ferme !!


Je m’énerve contre un fantôme. Je ne pourrais jamais lui faire du mal. Pourtant, je voudrais le faire disparaître un moment, qu’il se taise un peu et me laisse du répit. Il ne semble malheureusement pas vraiment décidé à le faire, reprenant ses assauts et ses insultes pour me rabaisser toujours plus douloureusement.
Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Aoû - 15:20
Il n'était habituellement pas d'un naturel très patient, encore moins depuis son retour du fond de la Sibérie - ce qui pouvait sembler ironique vu le temps passé en compagnie de moines qui eux débordaient de patience - mais sa femme lui avait appris qu'il valait mieux laisser le temps à certaines choses. Notamment lorsque l'interlocuteur était quelqu'un de fragile, blessé ou brisé ; quelqu'un comme Yhsim ou ce gamin. Inutile de les brusquer ou de les effrayer, cela ferait pire que mieux.

- On peut faire quoi contre un adulte qui fait des trucs comme les monstres m’ont fait ? Je peux défendre quelqu’un contre un adulte, moi aussi ?

S'il pouvait ? En temps normal, il aurait dit qu'un enfant se doit de respecter les adultes... mais vu le passé de Yuki et vu la sale réputation de cet endroit, il pouvait bien l'autoriser à se défendre. Seul souci était qu'au vu de son gabarit, le pauvre ne pouvait pas faire grand mal. Et il doutait qu'une attaque surprise soit assez pour pouvoir mettre à terre un adulte. Avant qu'il n'ait pu répondre cependant, Yuki se met à crier, à s'emporter.

- P’tain mais ferm’là !!

D'abord surpris de ce changement soudain d'attitude, il se rappela qu'Yhsim lui avait parlé de la peluche que le garçon avait au début avec lui... Shan, s'il se souvenait bien. Une peluche qu'il pensait être un chat vivant. A tous les coups, ce Shan devait l'ennuyer. Il aurait bien dit d'utiliser la méthode qu'il employait avec son vieil ami, à savoir jurer en russe, mais il risquait de se prendre un savon par sa chère et tendre si elle apprenait qu'il avait dit des insultes devant un enfant.

"J'ignore ce que te dit ce chat... mais s'il ne se tait pas, c'est qu'il ne veut pas t'aider."

Peut-être cela le vexerait et le ferait taire.

"Ou alors, il aimerait dire le fond de sa pensée face à moi ? Qu'il essaie, il ne me fait pas peur. J'ai déjà eu à affronter des opposants bien plus gros et bien plus dangereux qu'un chat."

Si Yhsim était là, il serait chiche de dire qu'il exagérait... mais c'était pourtant la vérité. Les gens ne se doutaient pas de ce qu'il y avait comme dangers au fin fond de la Sibérie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Dim 15 Aoû - 17:54



Jeudi 24 avril 2110

J’ai l’impression que ma tête va finir par se fendre en deux si Shan continue à hurler comme ça. Il n’a pas mal à la gorge à force ? Non… Impossible. Je ne suis pas vraiment fan des cours de biologie que je préfère nettement sécher, mais si j’ai bien retenu au moins un truc, c’est que la voix est actionnée par les cordes vocales. Des muscles. Maintenant que Shan n’est qu’un fantôme…

Par ta faute !!!!
Passe à aut’chose !

… il est clair que ce sont ses pensées que j’entends. Ses émotions aussi. Et, comme il le dit, je suis responsable de tout ça. Alors… Ouais, ça ne sert à rien de lui en vouloir. Il s’agit seulement de ma punition.

Tu m’as …
Tué !
Amené à l’abbatoire !
Torturé !
Saoulé !
Pris pour un abruti !
Qui est donc le plus horrible de nous deux maintenant ?

J’ai dû fermer les yeux sous les assauts des reproches qui me sont faits. Heureusement, la souffrance ne reste pas et je peux fixer mon regard doré sur l’adulte bien vivant qui se trouve non loin de moi.
Les deux voix sont comme entremêlées. Pour le meilleur, comme le pire, je comprends ce que me dit le propriétaire des lieux. Je n’aime pas ses mots. D’où il sait que Shan est un chat ? Mais, pourquoi il prétend que Shan ne me veut pas du bien ? Il ne peut pas savoir toute la rancœur qu’il me porte et à quel point elle est légitime. Les chiens ne faisant pas des monstres, j’imagine que je suis juste un bébé monstre et que j’en subi seulement les conséquences.

Qu’est-c’qu’il raconte c’connard ?!
J’vais l’découper en p’tit morceaux, moi !

Comme si c’était possible…
Je regarde l’homme blond sans retirer ma main de ma tempe. La migraine est toujours présente même si la colère de mon ami disparu n’est vraisemblablement plus dirigée vers moi. J’aimerais savoir à quoi ils pensent, tous. Comment me voient-ils vraiment ? Que me veulent-ils ? Qu’attend-on de moi ? Avec Aiji tout est si simple, même si je me demande tout de même si sa vision de ma personne ne va pas finir par changer.

- Comment vous savez qu’Shan est un chat ?


J’accueille la réponse dans le silence. Étrangement, l’esprit vengeur du matou est également curieux de la raison. Sans doute est-ce pour cela qu’il ne m’a pas insulté comme il aime le faire depuis sa mort. Je ne sais pas si la réponse va me plaire, mais je préfère savoir, pour une fois.
Maintenant que je sais ce qu’il en est, que ça me plaise ou non, je préfère mettre les points sur les i concernant les intentions de Shan. De toute façon, c’est ce qu’il veut aussi de ce que je peux comprendre. Alors, pourquoi m’en priver ?

- Shan, y’sen fou de toi. Il veut juste s’venger parc’qu’c’est ma faute s’il est mort.


Je plisse les yeux. Je me rappelle ce qu’on m’a dit à propos de mon ami chat. Ca ne me plaît pas et je sens que l’intéressé va juste m’en vouloir encore plus, mais je préfère ajouter en regardant ailleurs, pas vraiment convaincu :

- On m’dit qu’Shan est pas mort parc’qu’il existe que dans ma tête. … Parc’qu’chuis malade. Mais, moi, j’l’entends tout l’temps. Il m’en veut…


Normal non ?!!

- Il m’insulte…


J’te dis la vérité, nuance !!
T’es un abruti d’toute façon !

- Et il arrête jamais.


Ben quoi ?
J’ai l’droit d’abord !
J’suis libre !!!!

Doucement, je ferme les yeux en soupirant. J’en ai assez qu’il soit constamment comme ça. Railleur. Méchant. Moqueur. Je dirais même qu’il n’est pas loin de l’image que je me suis faite des monstres qui m’ont élevé durant toutes ces années. L’idée de me séparer de lui est déchirante, mais devoir subir pour toujours ses paroles blessantes l’est tout autant...
Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 15 Aoû - 21:50
- Comment vous savez qu’Shan est un chat ?

Comment il savait ? Yhsim lui avait dit, tout simplement. Du moins, Yhsim lui avait dit que Yuki se baladait avant avec une peluche de chat qu'il pensait vivante... alors il avait simplement fait le lien. C'était juste évident.

"C'est Yhsim qui m'a averti, histoire que je sache qui est Shan. Il voulait que j'aie quand même un peu d'informations sur toi, afin de ne pas poser de question 'blessante' comme il dirait."

Le vrai terme qu'Yhsim avait employé était une question "absurde", mais il n'allait pas le dire. Surtout car Yhsim était venu lui raconter ça au beau milieu de la nuit, avec la tête d'une personne qui n'avait pas dormi depuis des jours.

- Shan, y’sen fou de toi. Il veut juste s’venger parc’qu’c’est ma faute s’il est mort.

La vengeance ne menait jamais nulle part... surtout si le but n'était que de faire de la vie de l'intéressé un enfer. Le mieux était une vengeance largement planifiée, de sorte à briser les espoirs et l'avenir du coupable. Du moins, dans le cas où le coupable avait fait quelque chose d'horrible, comme par exemple trahir en toute connaissance de cause. Yuki, lui, ignorait qu'il mettait son ami en danger... c'était là toute la nuance.

- On m’dit qu’Shan est pas mort parc’qu’il existe que dans ma tête. … Parc’qu’chuis malade. Mais, moi, j’l’entends tout l’temps. Il m’en veut… Il m’insulte… Et il arrête jamais.

Encore une fois, il eut une impression de déjà vu. Yhsim aussi souffrait d'un souci de ce genre, avec un "parasite mental" comme son ami le nommait. Cette petite voix sarcastique prenait un malin plaisir à le faire douter de tout, à le rendre paranoïaque et à se moquer de lui. Ce n'était pas si différent...

"Yhsim aussi a ce genre de souci... à ceci près que la voix dans sa tête le harcèle depuis des années, le rend paranoïaque et le fait douter de tout. Il a une méthode pour la faire taire temporairement..."

Un bref soupir lui échappa.

"Mais non seulement je ne suis pas certain que cela marchera avec Shan, sans compter qu'en plus, si ma femme apprend que j'ai dit des jurons face à un jeunot, je risque de le regretter."

Il ne fallait pas se fier aux apparences, sous ses airs gentils et patients, son épouse était capable de se montrer presque aussi terrifiante que lui... sans pour autant se départir de son sourire.

"Et je me doute que tu dois te demander pourquoi Yhsim n'est pas à l'asile s'il subit comme toi ce harcèlement mental..."

En plus des tentatives de suicide.

"C'est parce que les psychiatres qu'il a pu consulter sont de vrais incompétents, ne lui donnant tout au plus que des somnifères... qui sont sans effet réel. Plus le fait qu'il a d'autres soucis qui lui valent de ne pas être tellement susceptible d'aller dans un asile."

Et aussi car il était personnellement intervenu à chacune de ses tentatives pour dissuader le personnel le prenant en charge de l'enfermer.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Lun 16 Aoû - 2:11



Jeudi 24 avril 2110

Je ne sais pas à quoi je m’attendais comme réponse à ma question. Rien, sans doute. Après tout, je ne voyais pas le professeur faire le lien entre Shan et la peluche désormais…

Mort, ouais !!
C’est ta faute !!!!
C’était évident…
Réfléchis un peu !!!

Il est encore en colère. Cela ne change pas.
Finalement, il ne fait qu’appuyer plus encore les mots que je sers à Vladimir. Le chat n’en a absolument rien à faire de lui, toute son attention étant concentrée sur ma seule personne. Toute cette rancœur, toute cette haine, et cette rage aussi, elles me sont toutes destinées. Et la raison m’est répétée une bonne centaine de fois par jour. Je ne peux donc pas l’ignorer. Ouais… Il n’arrête jamais. Comme si cela était son seul réconfort maintenant que je ne peux pas faire du mal aux monstres qui l’ont charcuté sous mes yeux. J’aimerais pouvoir leur faire du mal à nouveau. Le rouge de leur sang me rendrait sans doute malade, mais qu’est-ce que ça peut bien faire ? Ce serait juste tout ce qu’il méritent. Un peu comme moi…

Suffit les violons !
T’as pas l’droit !!

La réaction du matou ne m’étonne pas le moins du monde.
Celle de l’adulte avec qui je discute me surprend un peu plus. Je ne pensais pas que cette personne me ressemblait autant. Il le cache bien, faut croire. Ou bien, je ne suis pas assez attentif, peut-être.
Entendre une voix… Est-ce si mal ? Bon, quand ça fait du mal sans doute qu’il vaut mieux que ça cesse. Je ne vois pas trop ce qu’est “être paranoïaque”, mais ça sonne d’une mauvaise façon. Je n’aime pas trop ça. Alors, c’est bien s’il connaît une façon de faire taire sa voix. Dans mon cas…

Ta gueule !!!
Dis rien.
T’as pas l’droit !!

Cette fois, il se répète plus rapidement que d’habitude.
Je me demande pourquoi Yhsim n’est pas enfermé lui aussi, oui. L’explication en elle-même me rend un peu confus pourtant. Qu’est-ce qui est si différent entre lui et moi ? Je ne fais qu’entendre une voix. Celle de Shan. C’est tout !

Menteur…
Hypocrite !

J’ai ouvert les yeux pour regarder celui qui a parlé jusqu’à maintenant. Silencieusement, je le fixe un moment. Puis, je regarde mes gestes alors que je me mets en tailleurs. Ce n’est qu’une fois que j’ai terminé de bouger que je reprends la parole :

- J’ai pas spécialement envie que Shan arrête.


Peut-être que Aiji voudrait que ça s’arrête. Je suis même certain qu’il pense que ça me ferait sortir. Ma vision des choses est différente. Ma vie ne peut pas être menée d’une autre manière. C’est impossible, j’en suis persuadé.

- Il m’fait mal, parfois. C’est vrai. Mais… j’veux pas qu’il parte.


Pourtant c’est toi qui m’as tué !!
Menteur !!!
Tais-toi !

Les mots ne sortent plus. Pourtant, mes pensées sont toujours présentes. Je me rappelle de toutes ces années avec Shan qui m’a rassuré, qui m’a donné du courage et qui m’a protégé. Tout ce que je ne lui ai jamais donné. Tout ce que je ne pourrais jamais lui donner. Même s’il n’a jamais été très tendre, il a toujours été là quand j’avais besoin de lui. Qu’il soit là à cause d’une prétendue maladie ou pas, je ne veux pas être séparé de lui.
Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 17 Aoû - 21:00
Il ne fallait pas se fier aux apparences, Yhsim retenait le moindre petit détail, l'analysant parfois plus tard. Il était doté de ce qu'il nommait une mémoire "sans faille", qui ne l'autorisait jamais à oublier. Et si cela avait ses avantages, cela avait tout autant ses inconvénients qui, aux dires du hackeur, étaient plus nombreux que les points positifs. Vladimir ne pouvait pas franchement juger, n'ayant ni sa mémoire, ni son passé.

- J’ai pas spécialement envie que Shan arrête. Il m’fait mal, parfois. C’est vrai. Mais… j’veux pas qu’il parte.

Ca se comprenait. Shan avait dû être la seule présence "amicale" qu'avait connu Yuki, surtout avec de telles ordures comme "parents". Il était d'ailleurs dommage qu'il n'avait pas pu leur régler leur compte à sa manière, il leur aurait bien rendu la monnaie de leur pièce... ou il les aurait expédiés faire un tour au goulag. Mais il avait promis à Yhsim, alors il tiendrait parole. Même si c'était terriblement agaçant.

"Ca se comprend. Il faudrait trouver un genre de compromis alors... qu'il te laisse par moments tranquille, ou alors qu'il cesse de t'insulter à tout va."

Et s'il prenait le cas d'Yhsim, ce n'était pas gagné... le seul moyen qu'il avait pu trouver était d'insulter mentalement le parasite pour le faire taire un moment. Mais cela valait mieux que de faire des conneries...

"Il n'y a rien que Shan pourrait apprécier et qui puisse le calmer un peu ?"
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Mar 17 Aoû - 22:13



Jeudi 24 avril 2110

J’aimerais être à nouveau capable de voir Shan autrement qu’en colère ou malheureux, comme cela pouvait être le cas avant. Cela semble pourtant impossible. Avec les dires du concerné, la mort a brisé cette option. Et c’est ma faute…

Bien sûr qu’ça l’est !
Fais pas genre…

Mon regard se pose sur les doigts aux ongles abîmés. Je n’arrête pas de les ronger constamment. Certains sont si courts que ça a saigné comme si je m’étais blessé. Cela ne m’a pas du tout arrêté. La preuve en est que, là, tout de suite, j’ai l’envie quasi irrépressible de porter mes doigts à ma bouche.
Je vais le faire quand j’entends l’adulte avec moi comprendre et valider mon envie de garder Shan à mes côtés. J’ai l’impression que ça me permet de mieux respirer. Plus librement. Si seulement il n’était pas mort… J’aurais pu le serrer dans mes bras comme pour fêter cette nouveauté.

Même pas en rêve !!

Pour la toute première fois, on ne me donne pas l’impression que sa présence est anormale. Qu’il vienne d’une maladie ou non, cela ne change rien pour moi. Même sa haine à mon égard ne m’empêche pas de le vouloir à mes côtés.
Par contre, il semble important que j’explique à Vladimir la raison pour laquelle je me fais insulter, rabaisser et hurler dessus par le matou. Parce qu’il est impossible qu’il puisse accepter de calmer sa colère à mon égard. Qu’il me laisse le moindre répit. C’est ainsi. Je doute qu’il puisse en être un jour autrement.
Ainsi, je profite de la question posée pour déclarer, les yeux baissés, regard fuyant :

- Shan, il veut s’venger. De moi et des monstres… parce qu’on l’a…


Je me mords la lèvre, m'arrachant la peau des lèvres au passage. Je peux goûter le goût ferrique du sang à cause de ça. Je n’aime pas ça du tout. Mais la douleur pourtant peu vive me permet de me calmer très légèrement. Shan s’impatiente malgré son soudain mutisme. Je le ressens et c’est ce qui me pousse un peu malgré moi à terminer ma phrase après quelques instants de silence :

- C’est… c’est ma faute si Shan il vit plus…


Portant mes doigts à ma bouche, je profite de mon nouveau silence pour m’arracher un nouvel ongle qui a eut à peine le temps de repousser. Ce n’est qu’après avoir ressenti une nouvelle douleur et goûter le goût de ce liquide que je n’ose pas regarder par peur que je reprends sur une voix tremblante obstruée en partie par une boule coincée dans ma gorge :

- J’voulais pas… J’aime beaucoup Shan, alors… j’voulais pas qu’il meurt. Mais j’ai pas écouté ce qu’on m’a dit et… et les monstres l’ont tué… J’ai… j’ai rien pu faire… Juste regarder… Écouter… Mais c’est ma faute...
Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 22 Aoû - 21:33
- Shan, il veut s’venger. De moi et des monstres… parce qu’on l’a…

Il n'était en rien responsable du comportement des monstres lui ayant servi de parents, peu importe ce qu'il pouvait dire, peu importe ce que les autres pouvaient penser. Le russe ne dit rien, mais il gronda intérieurement. Ce gamin lui rappelait Yhsim sur bien trop d'aspects.

- C’est… c’est ma faute si Shan il vit plus…

Il n'avait pas tenu l'arme, il n'était pas coupable. Il n'avait pas voulu, il n'était pas responsable. Aussi simple que cela.

- J’voulais pas… J’aime beaucoup Shan, alors… j’voulais pas qu’il meurt. Mais j’ai pas écouté ce qu’on m’a dit et… et les monstres l’ont tué… J’ai… j’ai rien pu faire… Juste regarder… Écouter… Mais c’est ma faute...

"Est-ce que tu as voulu qu'il meure, ou est-ce que tu as tenu l'arme qui l'a tué ? Non. Alors tu n'as pas à te sentir responsable de sa mort, ni coupable. Et ne laisse personne te convaincre du contraire."

Vladimir laissa échapper un faible soupir, espérant qu'il n'avait pas réveillé sa femme par accident. Il tenait à ce qu'elle ait du repos, elle était plus fatigable en ce moment.

"Je sais de quoi je parle. J'étais soldat, avant. On nous envoyait sur le terrain, tels de la chair à canon. On ne devait pas réfléchir, juste obéir aux ordres donnés. Et crois-moi, je sais comment on se sent lorsqu'on a voulu la mort de quelqu'un, ou qu'on l'a tué nous-même."

Même s'il avait rapidement monté de grade et aurait pu éviter le terrain, il n'avait pas voulu rester enfermé dans un bureau, il avait voulu soutenir ses hommes, peu importe les épreuves à venir. Il avait été trahi par son supérieur, vendu à l'ennemi, laissé pour mort...
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Dim 22 Aoû - 22:29



Jeudi 24 avril 2110

Pourquoi Shan ne dit-il rien ? Lui qui était si bavard depuis tout à l’heure semble être devenu muet. Comme si…
C’est étrange, mais j’ai l’impression qu’aller dans son sens le calme. Peut-être dois-je le faire ? Est-ce cela le fameux compromis dont Vladimir vient de parler. Du moins, juste avant que je parle de tout ça.

Toujours rien de la part du fantôme qui me hante, que ce soit à cause de la vengeance qui l’anime ou la maladie que tout le monde voit en moi. Par contre, le géant répond immédiatement à ce que je viens de révéler. A ce qu’il me semble avoir été arraché de ma bouche même s’il s’agissait de ma volonté.
Ses premières paroles me semblent vides de sens. Je lui ai déjà répondu et ça me met en colère d’avoir l’impression d’être pris pour un idiot. Que Shan le fasse peut passer puisqu’il me connaît depuis longtemps et qu’il agit par colère à mon égard, j’en suis certain. Par contre, le blond en face de moi n’a pas à faire ça ! Je le regarde donc en fronçant les sourcils, tendu comme un arc, prêt à lui crier qu’il ne m’écoute pas du tout. Je n’en ai pas le temps. Je ne me détends pas quand même, même s’il me montre que j’avais tort. Il sait que je n’ai jamais voulu la mort du chat qui me manque horriblement et que je ne tenais pas l’arme qui a mis fin à sa vie. Alors pourquoi une telle question ?! Je ne comprends pas et cela ne m’aide pas à me calmer.

Héhéhé.
On dirait qu’t’as des ennuis ?
Compte pas du moi pour t’sortir d’là !

Il est de retour.
J’aimerais m’en réjouir et me sentir triste en même temps, pourtant je me sens juste complètement confus. Ma concentration est comme divisée en deux entre l’être que j’aime depuis que je suis tout petit et celui qui prétend que personne ne doit me rendre coupable de la mort de ce dernier. Pas même l’intéressé y a le droit ?

- Vous savez rien…


Je suis certain qu’il ne m’a pas entendu. Même moi j’ai eu du mal à comprendre mes propres mots.
Le doute monte quand il prétend le contraire. Quand il affirme le contraire. Au fond, grâce à ça, je commence à en savoir un peu plus sur lui. Sur son passé. Il a tué des gens. Il sait de quoi il parle parce qu’il a dû tuer des gens. Je le regarde dans les yeux. Je n’ai pas peur. Pourtant, il pourrait faire comme les monstres. Il est grand, fort, et il connaît les techniques pour tuer. Il a tenu des armes. Et il a fait ça plus d’une fois. Alors pourquoi pas avec moi ?
Je n’ai pas peur malgré tout. Rien chez lui ne m’effraie. D’un autre côté, je ne suis pas tout à fait sûr d’avoir confiance malgré les paroles en lesquelles j’ai envie de croire.

Dès lors que j’ai commencé à penser que je veux croire en ces mots qui m’innocentent, Shan recommence à s’agiter avec violence. Injures. Menaces. Rappel de mauvais souvenirs. Tout en hurlant, il fait tout pour me blesser de ses paroles qui me vont droit au coeur, surtout pour le pire.
Ma tête re-devenant douloureuse à cause de la violence du chat, autant que cela me donne envie de pleurer, je ferme les yeux en baissant la tête de sorte à ce que mon menton soit sur mon thorax, entre mes clavicules, et plaquant mes mains sur mes oreilles comme si cela pouvait atténuer les sons qui m’attaquent. Cela ne sert absolument à rien. Pourtant, tout ce que je peux faire c’est attendre que ça passe. Sans m’en apercevoir, sans bouger mes membres, je commence à me balancer d’avant en arrière sans rien dire ni me plaindre.
Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 1 Sep - 23:15
Plus il y songeait, et plus il se disait que son supérieur avait voulu l'épargner à la base. Car ce n'était pas normal qu'il ait pu autant insister pour lui faire avoir une place confortable. Depuis combien de temps avait-il prévu de se défaire de cette escouade particulière ? Depuis combien de temps avait-il songé à ce moyen comme seul et unique de monter en grade et gloire, au dépit de morts d'innocents ? Rien qu'à songer à cela, il avait envie de faire le voyage jusqu'en Russie pour le retrouver. Il savait où il était. Mais... Yhsim ne voudrait pas. Il lui avait promis de ne pas se venger.

Il essaie d'ouvrir les yeux à Yuki, de lui montrer qu'il n'est ni responsable ni coupable. Mais ça ne semble pas très bien marcher. Il n'a jamais été très doué pour tout ce qui était discours philosophique et autres longues réflexions... il était un homme d'action, pas de paroles. Sauf dans le cas des discours pour motiver ses hommes à se battre. Un soupir silencieux lui échappa en voyant que Yuki commençait à se balancer.


"Je suis décidément mal placé pour tout ce qui est discours réfléchi, moi..."

Vladimir se leva et alla s'asseoir à côté de Yuki, lui tapotant doucement le dos en prenant soin de ne pas lui briser une côte par accident. Il avait de base bien plus de force qu'Yhsim, alors vis à vis de Yuki...

"Le mieux, ce serait que tu discutes de tout cela avec Yhsim. Lui sait y faire avec les longs discours."

Du moins, lorsque son ami n'était pas complètement englué dans sa déprime.

"De toi à moi... Sache que lorsque Yhsim m'a raconté ce que tu avais vécu à cause de ces monstres, j'ai voulu faire justice à ma manière. La prison, ça me semblait bien trop confortable pour eux. Si ça n'avait tenu qu'à moi, je me serais assuré qu'ils passent le restant de leur jour dans un goulag au fin fond de la Sibérie."

Il l'aurait fait. Vraiment. Yhsim savait à quel point il était sérieux lorsqu'il menaçait d'envoyer certains "problèmes" dans son pays natal... et il devait à chaque fois l'en dissuader.

"Mais c'est Yhsim qui n'a pas voulu. Il a dit qu'il valait mieux qu'ils aient affaire à la justice et qu'on les garde à l'œil..."

Un bref soupir lui échappa.

"Je suppose qu'il se dit qu'un aller simple pour mon pays natal est beaucoup trop cruel, même pour des monstres dans leur genre."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Lun 6 Sep - 14:37



Jeudi 24 avril 2110

Pourquoi... ?
Pourquoi ?
Pourquoi ?!
Je dois toujours souffrir.
Shan est toujours en train de me dire que c’est ma faute.
Dès que je pense le contraire, il me le fait payer.
Insultes.
Injures.
Accusations.
Reproches.
Tout le temps, tout le temps, tout le temps !
J’ai mal à la tête…
Ma tête va exploser, j’en suis sûr…

Je n’entends rien d’autre que Shan qui hurle.
Il hurle encore, et encore, et encore.
Sans jamais s’arrêter.
Alors, je n’entends pas l’adulte.
Je sais qu’il s’est déplacé quand le fauteuil s’affaisse à côté de moi.
Je n’ai pas peur. Pour quelle raison ? Je veux dire… A part Shan, personne ne me veut du mal ici. Enfin…

T’crois ?!
Imbécile !
Tout l’monde t’veut d’mal !!
Attaque !!!

Je sens que je vais encore me laisser entraîner par les paroles de Shan.
Il arrive à me faire bouger avec la force de ses mots. En me persuadant qu’il faut que je le fasse.
Pour les fois précédentes, je peux comprendre et je ne m’en veux pas du tout de l’avoir écouté, d’avoir suivi ses conseils. Grâce à ça j’ai fait du mal aux monstres pour leur rendre la pareil, j’ai protégé Aiji, au moins en partie, et je me suis protégé un peu.
Mais, là, tout de suite, je ne veux pas !
Je ne veux pas faire du mal à Vladimir !

Il le faut !
Couard !!
Y’va finir par t’faire d’mal lui aussi !!!

Je me retiens.
Je me retiens très fort.
Je crois qu’il a dit quelque chose juste avant, mais je ne suis pas sûr de ce que c’est. Mais, maintenant qu’il est à côté de moi, je comprends mieux ce qu’il dit.
Je l’écoute comme je peux, devant faire le tri entre les mots de Shan et les siens.
Son geste dans mon dos m’a fait peur, mais, maintenant, je crois que ça m’aide.
Un peu.
Aller voir Yhsim, le professeur qui m’aide depuis le départ. Celui grâce à qui j’ai rencontré Vladimir et que les monstres ne me font plus de mal.

C’lui à cause d’qui t’es seul !!

J’ai mal…
C’est vrai que je n’ai plus de parents. Mais j’ai toujours Aiji. Vladimir et Aiji sont toujours là pour moi. Je ne peux pas leur en vouloir d’avoir fait en sorte que je ne souffre plus.

J’veux ma vengeance !!!

Je soupire un peu.
Je continue d’écouter.
Je pensais bien que Vladimir savait depuis un moment mon passé.
Ce qui m’étonne le plus c’est qu’il veuille faire payer aux montres, lui aussi. Ils lui ont rien fait, à lui. Et pourquoi Yhsim n’a pas voulu le laisser faire ? En quoi c’est mieux de les avoir à l'œil ?

A rien !!!
C’juste un abruti comme toi !!
Fais le taire !!!

Je prends un peu mon temps.
Je ne veux pas que mon mal de tête m’empêche de parler correctement.
Et je ne veux pas que Shan arrive à me couper.
Je ne veux pas ça.

Moi j’aurais voulu les tuer.


Tuons-les !!!
A mort !!!

Shan aussi...


Mais je n’ai pas pu le faire. Pas assez de temps et de courage… Et Shan me le reproche bien assez pour que je m’en veuille beaucoup.

Yhsim, t’es sûr qu’il voudra bien… ?


Bien sûr qu’non !!!
Qui voudrait parler avec toi ?
Dis rien d’plus !!
Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 17 Sep - 22:55
Yhsim avait toujours été davantage doué pour les longs discours, et il avait davantage de patience. Surtout, le russe pouvait se tromper... mais il avait bien l'impression qu'Yhsim souffrait plus ou moins des mêmes soucis que Yuki. Il savait que son ami souffrait également de cette voix mentale qui le harcelait, qui le rendait paranoïaque, qui lui valait ces crises. Mais est-ce que cette voix en venait aussi à le faire douter des rares personnes tenant à lui ? Il faudrait qu'il lui demande un jour, au calme. Un jour où il était certain que Yhsim pourrait parler sans sombrer ou sans s'emporter.

"Moi j’aurais voulu les tuer. Shan aussi..."

La voix de Yuki le tira de ses pensées. Les tuer... en un sens, cela aurait évité qu'un autre ne subisse ces monstres comme parents. Mais en un autre, cela aurait valu d'être pire qu'eux. Cela lui aurait valu d'être enfermé à leur place, et cela aurait valu à ses monstres de parents d'avoir le beau rôle.

"Yhsim, t’es sûr qu’il voudra bien… ?"

"Evidemment qu'il voudra bien parler avec toi. Pour te dire à quel point, il abandonnera tout ce qu'il avait prévu de faire pour passer du temps avec toi. Et c'est très rare venant de lui... avec n'importe qui d'autre, il serait du genre à dire de repasser d'ici quelques heures."

Même lui parfois avait droit à ces moments où son ami n'était pas très décidé à parler et lui disait de revenir plus tard. Pourtant, le russe était la seule personne toujours présente pour le hackeur... ça lui faisait mal de le voir aussi englué dans sa déprime, aussi peu motivé à se battre. Il avait malgré tout l'impression qu'il faisait un effort pour Yuki.

"J'y pense, tu dois avoir faim, non ? Tu veux manger quelque chose ? J'ignore ce que tu peux avoir comme repas là-bas, mais je crois pas que ce soit très adapté pour te faire reprendre des forces..."
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Anonymous

Invité

Lun 20 Sep - 22:30



Jeudi 24 avril 2110

Je me pose vraiment la question…
Qui voudrait discuter avec moi ?
Comme je me suis imposé à Vladimir, je ne sais pas s’il le fait parce qu’il le veut bien. D’ailleurs, si j’écoute ce que me dit Shan, ce n’est pas le cas. Je suis juste égoïste parce que je me suis imposé juste parce que moi j’en avais envie.
Je devrais l’écouter et ne plus rien dire. C’est vrai… De toute façon, je ne dis rien d’intéressant. C’est même bizarre qu’on ne m’arrête pas de le faire…

Shan et l’adulte ne sont vraiment pas d'accord sur ce que je dois faire ou pas.
Moi, je me suis arrêté de poser ma question parce que Shan y a répondu. Une réponse claire et définitive qui dit que Yhsim ne voudra jamais me parler parce que personne ne le veut.
Mais Vladimir me répond tout le contraire en me montrant bien qu’il a compris ce que je voulais dire.
Le professeur de mon école voudra bien parler avec moi plus qu’avec n’importe qui.

C’est n’imp’ !!
Impossible !!!
Personne le voudrait !

Je ne comprends pas pourquoi Shan s’obstine à me dire ça.
Je me souviens que le jour où j’ai rencontré l’homme blond, j’étais allé voir Yhsim qui m’a écouté. Shan le sait puisqu’il était avec moi.
En plus, je crois que Shan et moi on le connaît moins bien que Vladimir.
Alors comment… ?

Mais parc’qu’c’est vrai !!
Arrête d’me contredire tout l’temps !!!

J’écoute ce que le monsieur me dit. J’essaie de ne plus penser parce que sinon Shan n’arrêtera jamais.
C’est difficile. Impossible. Mais j’essaie.

Je regarde Vladimir quand il me demande si j’ai faim.
Pourquoi il me demande ça ?
Ça doit être la première fois qu’on me pose la question, je crois.
Et je ne sais pas si les repas de l’école sont bons ou pas. Moi, j’ai juste trop peur de les manger. Je mange que ce que mange Aiji parce que s’il a confiance alors je peux avoir confiance.
Ou presque…
Shan me donne toujours le doute…

Au moins, moi, j’te conseille bien !
Aiji fait pas assez attention !!!
T’es vraiment débile d’me r’jeter la faute !!
J’en suis sûr, il va faire comme les autres…
Refuse !!!!

Voilà ce que je disais. Il me donne toujours le doute.
Et je n’arrive pas à faire que je n’en ai pas.
Shan m’a toujours protégé avant. Il fait toujours tout pour que j’aille bien depuis que je suis tout petit. Alors pourquoi il ne ferait pas pareille maintenant ?
Je réfléchis avant de demander :

J’peux regarder quand tu prépares ?



Pas con.
Pour une fois !

Je suis content que Shan soit d’accord avec ce que je fais. Ça me fait plaisir.
Je vais avec Vladimir dans la cuisine et je reste toujours à côté de lui pour regarder ce qu’il fait. Parfois, je lui demande ce que sont les trucs qu’il utilise.
Shan râle parce qu’il pense encore qu’on ne peut pas croire tout ce qu’on nous dit.
Je ne sais pas quoi en penser.
Je ne veux pas y penser.
En fait, je préfère regarder ce que l’adulte fait avant de tester le goût après.

Je t’ai réveillé tout à l’heure ?


Je m’inquiète un peu. Je ne veux pas être un mauvais garçon avec lui. Même si je suis quand même une mauvaise personne.
Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Lun 18 Oct - 21:12
Il se souvenait très bien de la façon dont Yhsim avait pratiquement déboulé chez lui peu après avoir rencontré Yuki. Il lui avait tout raconté, alternant entre la fureur envers les parents du gamin, la panique d'avoir cédé à une crise et d'avoir peut-être blessé quelqu'un. Il avait fallu au Russe de longues minutes pour le calmer et le pousser à parler sans trop s'emporter. En temps normal, Yhsim était juste légèrement soucieux lorsqu'un autre élève était harcelé... mais là, il avait paru complètement paniqué, comme s'il avait repensé à autre chose. Comme si la situation de ce gamin lui rappelait la sienne.

Yhsim serait prêt à tout pour s'assurer que Yuki serait en sécurité. Après tout, il était venu le trouver pour lui demander s'il accepterait d'héberger le gamin, avant même de faire quoi que ce soit. Il l'avait limite supplié de débarquer, de l'arracher à ses parents. Et c'était assez rare de voir Yhsim s'inquiéter pour quelqu'un au point d'en perdre le contrôle de son sang-froid apparent.


"J’peux regarder quand tu prépares ?"

Le regarder préparer ? Ah oui, c'est vrai que ses anciens parents mettaient des choses pas nettes dans ses repas... Si ça n'avait tenu qu'à lui... Il trouverait bien un moyen.

"Pas de souci. Après, ne t'attends pas à un grand menu, ce sera quelque chose d'assez simple."

Il faudra juste qu'il s'abstienne de mettre de la vodka dans le plat. Yhsim lui avait déjà fait des reproches à ce sujet, mais une fois cuit, l'alcool donnait davantage de saveur... Il se mit à faire cuire des pommes de terre dans de l'eau, ainsi que de la viande dans une poêle, répondant aux questions de Yuki sur ce qu'il utilisait.

"Je t’ai réveillé tout à l’heure ?"

Un rire amusé lui échappa. Yhsim disait du Russe qu'il était comme une horloge brisée, ne s'accordant à l'heure que quand ça lui disait.

"Absolument pas ! Je venais de rentrer quelques minutes avant, j'avais été faire une course personnelle en ville. J'étais bien réveillé, tu n'as pas à t'en faire."

Sa chère et tendre dormait à l'étage, mais il n'allait pas lui dire, inutile de le faire culpabiliser.

"D'ailleurs, les gens qui me connaissent se demandent parfois comment je fais pour tenir mes journées en n'ayant jamais la même période de sommeil... Je suppose que j'y suis habitué, et que ça ne me dérange pas."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant