Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ETB Zénith Suprême
Voir le deal

Triste nuit [Libre ou solo]
Aller à la page : 1, 2  Suivant


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Fév - 10:40


Une triste nuit
Feat Freja|| 31/01/2110
Time || Alan Walket ft Hans Zimmer
1134 mots

Tu es recroquevillée sur toi-même, tes mains entourant tes genoux. Dans l’obscurité du placard . Tes longs cheveux noirs  cachent presque totalement tes yeux embués par les larmes. Pourquoi pleures-tu. Pourquoi te tapes-tu la tête contre cette paroi de l'armoire. Tu ne le sais plus pour tout avouer. Tu regardes en face de toi et commences à écrire des mots invisibles avec ton doigts. Tu t'arrêtes et tape un grand coup  sur la bois derrière toi avec ta tête. Tu lèves les yeux et vois un cintre. Pourrais-tu te faire du mal avec, tu baisses les yeux ta tête revenant entre tes genoux et ta poitrine, pourquoi penses-tu à ça? Tu veux t'en sortir mais ne tu n'y arrives pas. Tu veux t’enfuir mais n'y arrives jamais, l'obscurité  t'apaise et t'apeure à la fois. Dans le noir personne ne te voit, dans le noir tu vois tout... Tu viens de sortir du placard parce qu'un infirmier t'en a fait sortir, lentement. Il  sait à quel point tu es fragile et de ce fait, regarde si tu ne t'aies rien fait. C'est l'heure des médicaments, ce soir tu as le droit à un somnifère. Somnifère qui ne servira à rien étant donné que deux heures plus tard tu es dans ta chambre, à terre, en faisant des abdos... Tu restes allongée sur le plafond et regarde le plafond un moment avant de tourné la tête vers ton miroir. Lilith est là, elle respire en même temps que toi, à l'unisson. Elle se tient là dans le miroir avec un petit sourire, ne bougeant pas, se contentant de te regarder avec ses yeux clairs, à l'inverse de Lucy qui, eux sont entièrement noir.

Le cintre.... Pourquoi ne pas le faire ? NON il ne faut pas que tu fasse ça surtout pas. Pourtant tu regarde Lilith dans ton reflet, ses avant bras saignent et tu ne peux t'empêcher de trouver ça beau, merveilleusement beau. Il faut que tu tiennes mais.. Pour qui au juste? Hinako peut être ? Parfois tu te demande si tes parents te cherchent toujours, si tu leurs manques.
Après tout tu n'étais pas parfaite mais pourtant tu ramenais des bonnes notes à l'école, tu rangeais ta chambre quand il le fallait et tu faisais la cuisine... Oui, tu devais leurs manquer un minimum. Tes pleurs redoublent et tu te jettes sur le lit la tête dans l'oreiller pour hurler de toutes tes forces, que d'ailleurs tu as presque totalement perdu à cause des médicaments tu es tellement nulle, tu ne sers à rien ! Tu prends ton miroir avec toi mets ta veste. L'académie est si belle la nuit, tu peux la dessiner sans problème. Tout en marchant tu te griffes frénétiquement les avant bras , enlevant certaines croûtes sèches. Qu'importe elles sont cachées.

— Tu penses que tu pourrais y aller plus fort ?

Tais-toi Lilith !!!


— Pourquoi ? Tu ne m'aimes plus ?

Tu te mets soudainement à pleurer, entendre Lilith te dire ça alors que tu l’aimes par dessus tout te fait mal. Tu regardes ton miroir après avoir essuyer tes larmes.

Tu sais très bien que je t'aime !


Au final tu relèves ta manche de manteau noir, heureusement qu'il est de cette couleur d'ailleurs. Tu vois des plaies ci et là ouvertes à parce que tu t'es trop grattée. Tu soupires , tu n'es bonne à rien...tu prends un gros pansement dans ta veste et enlève le filme protecteur pour le déposer sur ton avant bras meurtri, un fois de  plus mais... Est-ce si grave dans le fond ? Tu ne sais plus, peut être le directeur te  ferait plus mal que d'habitude ? Comme toutes les autres fois où il a vu que te t'étais faite du mal ? Il n'aime pas quand ce n'est pas lui qui te fait pleurer et là... Tu pleures depuis au moins trois heures... Tu sors un paquet de cigarettes et t'en allumes une. Tu as du mal à fumer avec les sanglots et les soubresauts tu t'appuies contre un mur et te laisses glisser pour finir accroupie , tremblant à cause du froid et de la peine qui grandit en toi. Le fait de fumer t'empêche de te gratter, une chose bien en soit, mais fumer ne dure pas éternellement après tout, si ?  Tu tournes légèrement la tête vers ta droite. Tu es sûre que tu l'as vue.. Il ne manquait plus qu'elle, tu trembles de plus belles. Pas Lucy.. Par pitié...

—J'ai peur Fre...

Tu sens Lilith s'agiter dans ton cerveau. Tu vois Lucy regarder au dessus de ton épaule, scrutant ta clope. Non.. Pas ça... Quelques secondes tu pousses un long gémissement de douleur. La clope a fini sur ton bras et tu le tiens alors que la fraise n'est toujours pas éteinte et qu'elle continue de te brûler. Le temps te semble interminable lorsque tu finis par l'enlever avec des doigts où tu as mis de la salive pour ne pas te brûler encore plus.

– Tu voulais avoir mal... Je t'ai écouté...

Tu pleures de plus en plus, tu savais qu'en pensant à ça elle sortirait pour le faire. Tu n'en peux plus.. Tu voudrais simplement être débarrasser de ces maladies, malheureusement les médicaments ne servent à rien. Pourquoi continuer dans ce cas là ?

–Arrête de pleurer sale chouineuse ! T'es pathétique !

Et tu n'arrives pas, c'est plus fort que toi, tu veux arrêter mais tu n'y arrives pas, les larmes coulent malgré ton envie de les laisser couler. Cette nuit ton carnet à dessin va plus avoir l'air d'un défouloir qu'autre chose, tu n'aimes pas ça ! Tu es stricte sur cela. Tu as ton carnet pour écrire ET ton carnet à dessiner. Bien vite ta page se pare de mots tel que « meurs » « idiote » et d'autres bien pire avec certes quelques dessin pour ne pas totalement déroger à la règle. « Tu ne veux plus être. » Voilà les dernier mots que tu écris sur ton papier. Tu regardes ensuite la lune, si belle..

— Viens on  la rejoint ?

– Vous êtes nulles ! Pas une pour rattraper l'autre ! Je vous hais !

Tu trembles de nouveau en l'entendant mais cette fois tu ne vas pas te refaire de mal suite à ce qu'elle t'a dit. Tu te rallumes une cigarette et la fume en fermant les yeux puis en les rouvres en les écarquillant. NON, tu la vois et tu ne veux pas. Tu prends donc ton miroir et le regarde en souriant pour voir Lilith qui te sourit tendrement.











Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Fév - 16:44
Tu devrais prendre l'air. Rester toujours enfermé ne te fait pas de bien, tu sais ?

"..."

Tu ne prêtes aucunement attention à la voix de Cyfer, trop occupé à fixer le vide, assis dans ton coin de la chambre. Tu sais que l'heure de la sortie approche, tu sais que tu vas pouvoir errer librement, mais... tu as envie de rester ici. Tu ne veux pas sortir. Tu es très bien ainsi.

Tu ne veux pas t'aérer un peu ? Aller dans le centre-ville voir s'il y a à manger ? Si tu y tiens, on peut retourner dans les bas quartiers pour que le Docteur puisse guérir les malades...

Le Docteur... SCP-049 comme il était nommé. Un médecin portant la tenue d'un docteur de la peste. Tu ne savais même plus pourquoi tu avais eu envie de créer ce rôle, mais tu savais que si Cyfer en adorait l'élégance, il rechignait à se salir les mains.

Promis, je ne ronchonnerai pas sur tes mains sales, cette fois...

Tu finis par te lever, sans lui adresser la parole pour autant. Tu marchais sans but réel, ignorant complètement ton double qui te suivait malgré tout. Tu ne voulais pas lui parler. Tu n'avais pas de réelle raison à cela, juste une envie. Parfois, c'était lui qui te faisait la tête ; là c'était l'inverse.

Tes pas te menèrent dans la cour et tu regardas machinalement autour de toi. Personne, à part Cyfer. Aucun rat, et-- il y avait quelqu'un. Tu ne l'avais pas vu de premier abord, masqué par ton double, mais maintenant, tu voyais bien une autre personne. En t'approchant, tu remarquas la fumée de la cigarette...

Je doute que ce soit un étudiant normal...

Tu remarquais les tremblements et le carnet. Silencieusement, tu t'approchas avant de t'asseoir face à cette personne. Tu remarquas les longs cheveux, et tu en conclus qu'il s'agissait d'une fille. Tu fronças légèrement le nez. Une femme qui fumait, ce n'était pas forcément bon signe...

Ce n'est pas un peu ironique ? Toi aussi tu fumes parfois...

Et tu faisais pire que cela, tu connaissais la chanson. Tu restas assis face à elle sans dire un mot, attendant qu'elle te remarque, l'étudiant en silence. Ce n'était pas un élève de la journée, c'était certain.
Revenir en haut Aller en bas


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Fév - 18:17


Une triste nuit
Feat Yubel|| 31/01/2110
Time || Alan Walker ft Hans Zimmer
933 mots

– C'est toujours la même chose avec toi, tu rêves de te faire du mal, tu sais que tu m'appelles en faisant ça et puis...

— Lucy tais -toi ! Laisse là, laisse nous !

– Oh que non je ne fais que ce que vous voulez, vous cherchez juste des excuses pour ne pas dire que vous l'avez encore refais avec toute « votre » tête, enfin si on peut d...

VOS GUEULES PUTAIN !


Dis-tu d'une voix énervée et étranglée par les sanglots. Autant papoter avec Lilith ne te dérange pas plus que ça, mais lorsque c'est elle et Lucy qui commencent à se parler entre elles tu as l’impression que ta tête va exploser tellement Lucy parle fort. Lilith quant à elle garde un ton toujours doux mais elle sait, même en le gardant calme, arrive à hausser le temps. Ça te fait mal aux tympans tellement tu les entends. Tu te tournes sur ta droite, tu as cru voir le sourire de Lucy mais elle a disparu. Tu sors ton miroir et vois ton reflet ou plutôt Lilith. Elle pleure. Elle n'aime pas quand tu cris cela la fait pleurer

Lilith... Tu sais très bien que je n'aime pas que vous vous parliez comme ça...


—Je sais mais j'ai peur quand tu cris...

Tu regardes de gauche à droite et de haut en bas. Aucun signe de Lucy. Elle n'es pas apparue longtemps et a sûrement dû être vexée par ton pétage de câble soudain mais tu en as marre de ce qu'il se passe dans ta tête. Parfois tu craques, comme ce soir... Ça y est tu recommences à te gratter frénétiquement, tu vois le pansement s'assombrir. Tu te rends compte que tu saignes et la douleur ne tarde pas à revenir alors que tu pousses un faible gémissement. Tu espères que le personnel ne verra pas ça ou sinon, que certains, les plus méchants, ne les voient pas. Avec les autres c'est un passage à l'infirmerie avec le reste c'est une entrée tout droite vers la chambre d'isolement. Tu souhaites de toute tes forces de tomber sur les bons. En pensant à ça tu sens d'ailleurs une larme couler sur ton papier, se mélangeant à l'encre qui se dilue lentement sur la feuille blanche. Tu t'essuies du revers de la main les larmes qui commencent à couler de plus en plus abondamment. Pour te calmer un peu tu allumes une cigarette. Tu dois arrêter cette merde mais tu n'y arrives pas, ça t'occupe on va dire et, ça te fait prendre l'air, bien que ce soir il soit parfaitement froid. Tu te rattrapes tout de même en regardant la lune que tu trouves si belle. Enfin que, tu gribouilles toujours des trucs sur ta feuille. Des dessins fais à la va vite puis tu écris aussi. Tes pensées, sombres, sombres comme l'est la nuit actuelle.  Tu ne te rends même pas compte que tu peux brûler ta magnifique chevelure, que Akihide aime tellement, avec la fraise de ta cigarette. Tu repenses soudain au lien que tes cheveux entretiennent avec le directeur. C'est tout simple en fait, il adore te tirer ta chevelure, ce qui te fait énormément souffrir mais, il t'interdit de les couper et tu lui obéis. Tu lui obéiras toujours et ça ne changera pas, tu le sais très, il te fait endurer tout ça par amour, tu sais, tu sais qu'il tient autant à toi qu'à sa sœur. Il a juste du mal à le montrer correctement... C'est tout.

– Euh poupée il te viole et te torture... T'appelles ça de l'amour toi ?

*Tais-toi par pitié...*

– Je te le répéterai toutes les fois qu'il le faudra pour que tu te l'ancres dans la tête ! 

Tu te crispes et tu aspires une longue latte sur ta cigarette et garde la fumée plus longtemps que d'habitude dans tes poumons quitte à t'étouffer. Tu  t'en fous de toute façon tu n'as plus personne à qui te raccrocher, à part peut être... Aiji et Hinako ? Aiji étant ton meilleur ami et Hinako ta sœur de cœur... Tu ne sais pas, tu ne sais plus, tu veux juste partir... Et d'une main tu commences à appuyer ton stylo frénétiquement sur le papier où est dessiné un visage. Tu te hais, tu les hais, tous et toutes autant qu'ils sont. Tu aimerais juste vivre normalement, sans maladie, sans te faire de mal et surtout... Être avec tes parents, dans ta véritable famille parce que oui, même si tu as Hinako comme grande sœur de cœur, ta véritable famille te manque. On ne peut jamais effacer sa vraie famille, même si l'on peut choisir  sa famille de cœur.

Tes larmes sont intarissables, lorsque tu crois être arrivée à bout de tes pleurs ils continuent tout de même. Tu pourrais même mourir de déshydratation à cause de ces conneries, cela a le don de te faire sourire au moins un peu bien que ce soit bientôt des rires d'hystéries qui ne te secouent. Par chance ou par malchance tu ne saurais pas dire tu vois quelqu'un devant toi. Le zieutant  entre quelques mèches de tes cheveux noir de jais. Tu relèves le regard un peu perdue et reconnais, ton voisin de chambre.

Yubel ?


Dis-tu d'un ton interloqué, comme s'il ne devrais pas être là, enfin tout comme toi bien que l'académie est vôtre la nuit.



Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 10 Fév - 21:54
Plus le temps passe, et plus tes yeux se font à l'obscurité. Tu parviens à étudier plus en détail son visage, sa tenue, et tu parviens à mettre un nom sur cette personne. C'est Freja, ta colocataire de chambre. Tu ne lui as jamais franchement parlé, mais tu sais qu'elle souffre peu ou prou du même mal que toi. Du moins... en ce qui concernait les voix dans sa tête. Tu sais qu'elle a aussi tendance à se faire du mal. Tu n'aimes pas cela non plus, surtout parce que tu sais que certains infirmiers ont tendance à vous amener en chambre d'isolement à cause de cela.

Sauf toi qui t'en tire toujours...

Toi, tu sais masquer tes blessures. Sans compter que les quelques infirmiers qui ont voulu t'enfermer ont gardé un souvenir... mordant de ta rébellion. Tu es un rat, et un rat menacé mord. Oh, tu peux faire bien pire que cela aussi.

Ils savent aussi qu'ils doivent se méfier dès que tu as à ta porter n'importe quel objet un tant soit peu tranchant...

Ce qui est très facile à dissimuler, peu importe ce que l'on peut croire. Et il ne faut pas oublier que Cyfer a une certaine... autorité sur ses amis rongeurs. De plus, même s'il n'aime pas se salir les mains, il sait se défendre.


"Yubel ?"

Tiens, elle t'a reconnu. Tu ne bouges pas de ta place pour autant, restant à la fixer.

"... Freja, c'est bien ça ? C'est bizarre de te voir seule dehors."

En temps normal, elle reste dans les couloirs de l'académie, essayant de se faire petite souris craintive. Tu perçois une odeur métallique dans l'air malgré l'odeur encore présente de tabac. Une odeur familière que tu reconnais sans trop de mal : celle du sang. Tu penches la tête tandis que tu observes du coin de l'oeil Cyfer s'approcher avec prudence.

"Besoin de parler ?"

Tu n'es habituellement pas bavard pour deux sous, et rarement du genre à écouter. Mais au vu de l'attitude de Cyfer, tu as plutôt intérêt à changer d'attitude pour une fois...
Revenir en haut Aller en bas


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Fév - 4:59


Une triste nuit
Feat Yubel|| 31/01/2110
Time || Cello cover
970 mots


Tu fumes tranquillement, le corps assaillit par de violents spasmes. Qu'est ce que tu as fais pour en arriver là au juste ? Tu t'es trop cogné la tête ? Tu n'es pas allée assez vite dans la salle d'arts ? Non, de toute façon tu ne voulais pas. Tu  voulais juste voir la lune pour te détendre avec ta musique. Tu écoutes trois versions différentes de cette même musique. Tu l'aimes tellement. Elle t'apaise mais elle te fait terriblement mal à la fois, comme quasiment toutes les chansons que tu écoutes. Dans chacune d'elles est ancrées un souvenir, plus ou moins douloureux. Et là, c'est le cas, alors tu pleures de plus belle mais qu'importe, personne n'est la pour le voir ce soir. Tu as de la chance, la cours des internés est souvent prise d'assaut par eux justement. Mais en tout cas ce n'est pas le cas pour cette soirée et cette nuit, tu peux donc rester tant que tu veux ici. Au pire si une personne arrive tu pourras toujours fuir, non ? Tu ne sais pas mais ce que tu sais ce n'est pas ta soirée,  comme beaucoup de fois d'ailleurs. Mais ce soir ce n'est pas à cause d'Akihide et tu en est heureuse, d'ailleurs, en pensant à ça, ça fait un moment qu'il ne t'a plus réveillé en pleine nuit pour t'emmener dans ta fameuse salle. Tes doigts se crispent sur ton stylo.

— Ne pense pas à ça Fre …

– Tu vas voir ça va pas tarder. La routine va revenir. Il a sûrement dû se rabattre sur sa sœur parce qu'il t'a fait trop mal la dernière fois...


Tu secoues la tête pour ne pas y repenser, rien que le fait de faire ça te donne des frissons et te fait encore plus de mal. Tu prends une latte sur ta cigarette, qu'est ce que tu as envie de l'écraser près de la plaie que tu t'es faite juste avant, sur le dos de la main. Tellement visible.. Pourtant tu sais que les infirmiers et le personnel en général ne verront rien. Ils sont bien trop abrutis à ton goût mais après, en soit, ça ne te dérange pas du tout, au contraire même !Plus ils ne le voient pas, plus tu es libre de faire ce que tu veux. Et tu veux en faire des choses, peindre, écrire, dessiner, tirer les cartes. Tiens ! En parlant de ça, ça fait longtemps que tu ne t'es plus servis de tes oracles. Tu devrais songer à le refaire.

– En effet en ce moment tu lâches tout espèce d'idiote ! Tu ne sers vraiment à rien ! Sale conne ! J'te hais !

Tu portes tes mains à tes oreilles comme si tu pouvais ne plus l'entendre mais... Ça ne marche pas, ça ne marche jamais de tout façon...Tu rebaisses donc ta tête, faisant tomber tes cheveux de tes yeux , ça te fait penser à un très vieux film. Tu crois qu'il date d'avant la guerre mais tu as réussi à trouvé un cahier avec un résumé et des images de ça. Sûrement un cinéphile fan d'horreur. Un peu comme toi ? Oui ça doit être ça, en tout cas tu aimerais beaucoup le voir. Enfin bref tu te concentres sur feuille qui est presque trouée à certains endroits à cause de la mine de ton stylo que tu appuies bien trop fort. Quelle idiote tu fais d'être ainsi, Lucy a raison dans le fond... D'autres larmes coule alors que tu entends la voix douce de Lilith.

— Ne dis pas n'importe quoi, malgré la maladie tu es quelqu'un de génial !

Si seulement tu pouvais la croire mais... Non, tu n'y arrives tout simplement pas voilà tout. Lilith est bien trop gentille envers toi. Tu sais très bien que Lucy a raison dans le fond.

– Bien... Voilà qui est fort intéressant si tu admets que j'ai raison !

Tu fermes tes paupières fortement jusqu'à voir des étoiles de toutes les couleurs comme si tu allais t'évanouir. Mais non, tu ne vas pas le faire. Tu as envie de retirer ton pansement et te t'arracher la peau, tu veux souffrir, tu veux avoir mal tu veux juste... Disparaître, cette pensée te suit partout où tu vas sauf lorsque tu es en phase maniaque mais étant donné que tes phases d'hypomanie sont bien plus présentes, c'est l'envie de Mort qui prédomine. Enfin que tu arrives à rien te faire, tu regardes l'heure sur ton portable, il est encore tôt et ta cigarette n'est même pas à la moitié de sa « vie » éphémère. Le temps passe réellement doucement ce soir et ça te fait soupirer. Ce putain de somnifère commence à peine à faire effet et encore. Tu es sûre que ne ferais que tituber et que tu ne dormirais pas... Quelle merde ! C'est sans t'en rendre compte que tu vois une ombre passer et se planter devant toi. Lucy qui te joue un tour ? Tu remontes un peu la tête et voit ton voisin de chambre : Yubel. Tu dis inconsciemment son prénom. Tu hoches la tête de haut en bas pour affirmer que oui à sa question.

D'habitude je suis dans la d'arts, mais là j'avais pas envie... Et toi ?


Il te demande ensuite si tu veux en parler. La réponse est.. Oui mais tu ne le dis pas de suite. Il doit s'en foutre, non ? Tu recommence à te gratter le bras.

C'est à cause du cintre dans mon armoire, ça m'a donné envie de... C'est bête...


Dis-tu d'une voix balbutiante.


Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 11 Fév - 8:31
En temps normal, tu ne prêtes pas attention à Freja, et Cyfer ne manque pas de te le reprocher. Tu te soucies juste de ta propre existence et de celle de ton alter ego, et c'est largement assez d'habitude. Mais là, tu as l'impression qu'il vaut mieux que tu changes un peu d'attitude. Même Freja semble surprise de te voir ici... il faut dire que d'habitude, tu restes à l'intérieur, errant dans les couloirs à la recherche d'une victime.

"D'habitude je suis dans la salle d'arts, mais là j'avais pas envie... Et toi ?"

C'est vrai, maintenant qu'elle le disait, tu te souvenais de l'avoir déjà vu dans la salle réservée aux artistes. Toi, quand tu n'erres pas à la recherche d'un compagnon d'infortune, tu es souvent fourré dans la bibliothèque, à lire tout ce qui peut se rapporter aux serial killers. Mode opératoire, raisons qui les ont poussé à agir... ça, ou les films d'horreur. Bien que les bons films se font rares.

"C'est à cause du cintre dans mon armoire, ça m'a donné envie de... C'est bête..."

"Pourquoi ? Juste comme ça ? Juste parce que tu as vu le cintre ?"

Ca te paraissait un peu étrange, mais après tout, il fallait s'y faire... Plus grand chose n'avait de sens, ici. Que ce soit le comportement des gens normaux", celui des internés comme toi ou celui des directeurs. Parlant du directeur... Tu étais persuadé d'avoir une ou deux fois entrevu Freja aller avec lui. Mais à peine eus-tu songé à lui poser la question que Cyfer se retourna vers toi, visiblement en colère.

Ce genre de questions ne se pose pas, Yubel ! C'est un grave manque de tact !

... Message reçu, tu n'allais pas lui poser la question. Inutile de contrarier Cyfer, en général, ça ne finit jamais bien. Tu l'entends râler dans son coin mais tu choisis d'ignorer ses critiques. Il se calmera après.

"Moi, je n'avais pas envie d'aller aux endroits habituels."

Tu avais fini par répondre à la question qu'elle t'avait posée plus tôt. Il est vrai qu'en dehors de votre chambre commune, elle et toi ne vous croisiez pas souvent... Elle est davantage une artiste, là où tu as besoin de laisser court à tes pulsions agressives.
Tu n'es pas franchement dérangé par le froid, ayant été habitué à bien pire. Mais pas Freja.

Si je pouvais lui laisser ma veste...

Venant de Cyfer, ça te surprend un peu. Visiblement, il a pris Freja en pitié... Tu n'es pas jaloux pour deux sous, heureusement.

"Ca fait un moment que tu es là dehors ?"

Tu fais ça uniquement pour Cyfer. Pas pour quelqu'un d'autre.
Revenir en haut Aller en bas


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Fév - 4:29


Une triste nuit
Feat Yubel|| 31/01/2110
You can't hide from us || Inconnu
708 mots


— C'est pas son genre de s'inquiéter pour les autres du peu que tu as vu de lui Fre. Fais attention !

*Je sais Lilith... Je sais... Mais ce soir j'ai l'impression qu'il va peut être s'ouvrir à moi ? Au lieu de m'ignorer comme il le fait d'habitude ?*

— Fais comme tu veux...

Voilà que Lilith te fait la gueule et tu baisses la tête pour ça. Ton amie de toujours, ton aide de chaque jour, tu l'as vexée et pire ! Tu l'as même faite pleurer tout à l'heure...

– Tu devrais avoir honte petite conne ! Les mots pour te décrire n'existent pas tellement ton être est insipide et horripilant. J'ai presque réussi là ? Je touche une partie ?

Tu secoues la tête sans te soucier de ce que peut penser Yubel, après tout il doit s'en foutre... Non ? Tu ne sais pas et te mords la lèvre inférieure puis aspire sur ta cancerette en remettant une des mèches de tes cheveux derrière l'oreille pour qu'il te voit plus clairement et ainsi réciproquement. Tu ne sais pas ce qu'il pense de toi et...

– Tu veux vraiment le savoir gamine ?

Tu te mords la langue cette fois, Lucy ne veut pas te laisser tranquille et ça commence à t'énerver et te fatiguer. Oui c'est ça, tu as envie de dormir mais tu sais que ce soir sera une nuit de cauchemar. Comment tu le sais ? Aucune idée fondée, juste une intuition et, Dieu sait à quel point elles s'avèrent exact !

Oui... À cause du cintre... Et ne t'en fais pas, tu n'as pas besoin de me dire que c'est débile, je le sais déjà. C'est juste dur d'expliquer ce genre d'envie... Tu n'as jamais eu envie de te faire du mal toi ?


Tu inclines la tête sur le côté en guise d’attente d'une réponse. Tu penses déjà qu'elle va être négative, car tu sais qu'il préfère torturer les gens plutôt que de le faire sur lui. Comment le sais-tu ? Un soir où tu ne dormais pas tu l'as tout simplement vu battre un patient. Bien évidemment tu n'étais pas restée jusqu'à la fin de cette altercation. Ce soir là tu as été pris d'une peur incontrôlable et tu n'as même pas pu prévenir le personnel. Ce qui est sûr c'est que Lucy avait aimé le spectacle... Mais revenons en au temps présent ! Tu trembles un peu de froid, pas étonnant vu ta tenue. Puis tu te rends compte que le jeune homme n'a pas répondu à ta question de s'il se faisait parfois du mal. Peut être est-ce un sujet tabou et ne veut-il pas en parler ? Ou peut être se dit-il que ce ne sont tout simplement pas tes affaires, ce qui pourrait lui ressembler du peu que tu le connais. Mais qu'importe sa non réponse, tu fais avec et ne vas pas te vexer pour ça, c'est juste ta curiosité maladive qui frappe encore et encore. Il te parle ensuite de ses endroits habituels, il n'a pas envie d'y aller, quels sont-ils ? Une nouvelle question que tu ne peux t'empêcher de lui poser. Tu ne sais pas si tu fais bien, après tout s'il t'ignore aussi souvent c'est qu'il y a une raison, non ? Peut être a-t-il envie de se défouler sur toi parfois lorsque vous êtes dans la chambre que vous partagez. Tu ne sais pas et ça t'ennuie, tu aimes savoir, tout savoir, c'est plus fort que toi mais, il faut que tu fasses attention à toi pour te préserver et ne pas te mettre dans de mauvaises positions à cause de ton besoin de savoir. À cause de ta curiosité. Cette fois c'est à lui de te poser une question. Tu le regardes un instant. Depuis combien de temps pleures-tu dans le froid ? Tu n'en a pas la moindre idée, alors tu réponds par une réponse approximative.

Hmmm... Je dirais deux heures ? Et toi ?


Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 12 Fév - 22:54
Depuis que tu es ici, tu ne t'es jamais franchement intéressé aux autres. La présence de Cyfer et les rats te suffisaient. Le peu que tu te "souciais" des autres, c'était lorsque tu cherchais une proie sur laquelle te défouler. Et tu venais de te rendre compte que cela faisait trois ans que tu étais ainsi en cercle restreint. D'un côté, tu devais apprendre à connaître ceux qui t'entouraient ; de l'autre, tu n'avais pas franchement envie de sympathiser avec tout le monde. Rares étaient ceux qui aimaient les rats.

Peut-être peux-tu faire l'intermédiaire, te sociabiliser avec quelques personnes ?

Ca pouvait se faire.


"Oui... À cause du cintre... Et ne t'en fais pas, tu n'as pas besoin de me dire que c'est débile, je le sais déjà. C'est juste dur d'expliquer ce genre d'envie... Tu n'as jamais eu envie de te faire du mal toi ?"

Débile ? Non, pas franchement. Tu es mal placé pour juger, puisque tu as besoin de t'en prendre aux autres. Si ça t'est déjà arrivé de vouloir te faire du mal ? La question te surprend un peu. Tu n'en as pas l'impression...

Et ces fois à avaler des émétiques ?

... Tu ne savais pas si ça comptait franchement.

"J'ai déjà eu des moments où j'étais à me gaver de vomitifs. Je sais pas si ça compte."

Sincèrement, tu en doutais. Même si le but était de te faire vomir ensuite. Freja te posa ensuite une autre question, cette fois sur tes lieux de prédilection.

Qu'on me pardonne le jeu de mots, mais tu es un vrai rat de bibliothèque !

"Le plus souvent, je suis à la bibliothèque. Sinon, je traîne dans les couloirs."

A la recherche d'une proie, cela va de soi. Bien que parfois, cela t'arrive juste chercher un coin à rats. Peu importe ce que les gens disaient, ces rongeurs étaient davantage dignes de confiance que la majorité des personnes ici. Tu préfères encore passer la nuit dans le froid que de faire confiance aveuglément à quelqu'un.


"Hmmm... Je dirais deux heures ? Et toi ?"

Ca ne fait pas si longtemps qu'on est dehors... Si ?

"Un bon trente minutes, environ."

Et tu n'es pas dérangé par le froid. Quand on sait ce que tu as subi, c'est étonnant que tu n'aies pas une santé plus fragile... Tu n'as pas énormément d'habits sur toi, tu as juste une fine veste en plus de ta tenue du jour. Tu doutes que ça lui tiendra franchement chaud, mais l'abandonner le temps de trouver mieux n'est pas une option. Du moins, à en juger par la façon dont Cyfer reste à la fixer... Tu pourrais lui proposer de venir avec toi, sinon.

"Il te faut quelque chose de plus chaud sur le dos. Mais te laisser seule dehors par ce froid, c'est un coup à tomber malade..."

Et certains infirmiers n'appréciaient pas de vous savoir malades... déjà que s'ils vous trouvaient des blessures, vous aviez une chance de finir en isolement. Tu finis par te décider et - à la grande surprise de Cyfer qui avait posé un instant son attention sur toi - tu choisis de retirer ta veste pour la tendre à Freja.

"Tiens. C'est pas très épais, mais ce sera mieux que rien. Si t'en veux pas, je comprendrai."

Tu n'étais pas obligé, Yubel... Je suis très touché par ton geste, vraiment...

Ce n'est pas pour faire plaisir à Cyfer, ni pour qu'il te soit redevable. Encore moins pour que Freja te soit redevable.
C'est parce qu'à tes yeux, Freja est une petite souris fragile. Et toi, le rat, tu te dois de la protéger comme tu peux.
Revenir en haut Aller en bas


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Fév - 13:22


Une triste nuit
Feat Yubel|| 31/01/2110
Tourniquet || Marilyn Manson
787 mots


Il doit te trouver idiote de vouloir te faire du mal avec un cintre mais, pour toi, tout objet peut servir à te blesser. Il suffit de réfléchir un peu à la manière de procéder avec le dit objet. Enfin bref là n'est pas la question mais ce que tu aurais voulu c'est qu'il réponde à la tienne et à ta plus grande surprise le jeune homme aux cheveux blancs te répond que si utiliser des vomitifs pour se faire du mal compte, il n'en a pas l'air convaincu et tu réfléchis un instant. Est-ce se faire du mal ? Un peu en soit, non ? Tu ne sais trop quoi répondre, puis au final tu ouvres la bouche et prends la parole d'une voix timide.

En soit c'est un peu se faire du mal si tu y penses. Se faire vomir ça t'abîme de l'intérieur, tu ne penses pas ?


Et ce n'est pas totalement faux de ton point de vue. À force de se faire vomir l’œsophage s'abîme et l'estomac aussi donc pour toi cela compte comme se faire du mal.

– Il est bizarre quand même ce soir...

Tu hoches la tête,  pas pour Yubel qui d'ailleurs ne comprendras sûrement pas ce geste mais qu'importe. Lucy le comprend elle ! Il n'a pas l'air de vouloir te faire quoi que se soit alors que d'habitude il te semble si froid. Là aussi mais... Moins que d'habitude, et ça vous déstabilise grandement en fait. Si fort que lorsque tu te relèves tu as un léger vertige. Pourquoi ? Tu n'en a pas la moindre idée, c'est un peu con si c'est vraiment par rapport à la façon dont se comporte le jeune homme...

–Tu n'es qu'une débile Freja ! C'est tout ce que tu es !

Tu ne sais plus vraiment quoi faire alors tu lui poses de nouveau une question à savoir : quels sont les endroits qui attirent le plus son attention. Sa première réponse te conforte dans le fait de ce que tu avais vu le soir de l'agression de cet interné. En revanche tu ne pensais pas qu'il aimait aller à la bibliothèque. Vous aviez un point en commun au moins, dois-tu  lui dire ? Il s'en fout peut être ?

– Bien sûr qu'il s'en fout ! Tu m’horripile ! Laisse moi ta place bordel !

NON ! Tu  ne veux pas, tu ne veux pas perdre le contrôle et laisser Lucy venir prendre ta place, alors tu reprends la parole après t'être mordue la langue quasiment à sang.

Moi aussi j'aime beaucoup la bibliothèque, après la salle d'art bien sûr. » Tu souris en inclinant la tête sur le côté. «  Tu aimes lire quoi en général ? J'ai une petite préférence pour les livres sur la psychologie, la sociologie et l'art...


Tu fais la moue et baisse les yeux vers le sol.

Pardon je parle trop.... 


Il te demande ensuite depuis combien de temps tu es là et, sincèrement, tu n'en as pas la moindre idée. Assez longtemps pour que le froid te donne l'impression de t'avoir glacé de l'intérieur mais ça tu ne lui dis pas et, de toute façon qu'en avait-il à faire ? Et toi ? Qu'en avais-tu à foutre aussi ? Si tu tombes malade peut être que ça t'empêcherait de voir le directeur ? Tu ne sais pas trop mais reviens à toi pour lui donner une heure approximative. Quant à lui il n'est pas dehors depuis longtemps mais  tu te demandais pourquoi ce soir précis il était là. Peut être le « destin ». Enfin, qu'est ce que le destin a à voir avec ça ? Il n'allait tout de même pas devenir ton ami, si ? Non ce n'est pas son genre, il est bien trop solitaire pour ça. Puis totalement paumée dans tes pensées tu le vois bouger. Plus précisément te passer sa veste en disant que tu n'es pas obligée de la prendre. Mais une telle attention ne se refuse pas. Cependant tu ne la mets pas de suite. Tu as l'impression qu'il ne fume pas et toi tu as besoin d'une cigarette pour te calmer encore un peu plus.

Je ne la mets pas de suite, j'ai besoin d'une clope avant ça... On ira où tu veux plus tard si tu veux rester avec moi ?


Tu lui souris et mets sa veste sur ton avant bras en sortant et allumant une clope, te mettant un peu à  l'écart.

Tu avais prévu de faire quelque chose ce soir toi ?


Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 13 Fév - 15:54
Tu n'es pas tout le temps comme ça, que ce soit à te faire du mal ou à faire du mal aux autres autour de toi. Ca te tombe dessus par cycle, en général tu enchaînes deux jours d'une pure folie sadique avec un jour à vouloir te faire vomir tes tripes. Pas que tu sois écœuré de tes actes, mais tu en as besoin, voilà tout.

"En soit c'est un peu se faire du mal si tu y penses. Se faire vomir ça t'abîme de l'intérieur, tu ne penses pas ?"

Tu hoches légèrement la tête, de façon presque imperceptible. Vu de cette façon, effectivement, tu as envie de te faire du mal. Certains jours plus que d'autres, et d'une façon assez violente pour ta santé. Tu en viens à te demander si tu as toujours été ainsi, ou si c'est depuis que tu as été libéré de ton enfer que tu es comme ça...

Je n'ai pas souvenir de t'avoir ainsi connu...

Même Cyfer est confus.


"Moi aussi j'aime beaucoup la bibliothèque, après la salle d'art bien sûr. Tu aimes lire quoi en général ? J'ai une petite préférence pour les livres sur la psychologie, la sociologie et l'art..."

Vraiment, elle aussi aimait la bibliothèque ? Pourtant, tu ne l'y avais jamais vu... sans doute parce qu'elle était le plus souvent dans la salle d'art. Ou avec le directeur.

On ne demande pas ça...

Tu avais bien compris le message, pas besoin d'un rappel.


"Pardon je parle trop..."

"Non, pas tant que ça, je trouve. J'aime beaucoup les livres sur la psychologie, ainsi que tout ce qui est policier..."

Et les films d'horreur. Mais en trouver des bons devient assez compliqué. Et ces films avec un groupe d'adolescents ou d'adultes pris au piège d'un psychopathe tueur étaient bien trop clichés à ton goût. Surtout que les pièges étaient trop faciles à entraver. Pourquoi ce besoin systématique de se sacrifier ? C'en était ridicule.


"Je ne la mets pas de suite, j'ai besoin d'une clope avant ça... On ira où tu veux plus tard si tu veux rester avec moi ?"

Tu hoches la tête. Tu n'avais rien de prévu ce soir, et tu n'étais pas dans un de ces cycles de faire souffrir ou de te faire vomir. Tu as envie de rester un peu avec Freja, d'apprendre à la connaître. Peut-être pas devenir amis, puisque vous étiez quand même assez différents... mais au moins, ne plus être deux étrangers partageant la même chambre.

"Tu avais prévu de faire quelque chose ce soir toi ?"

"Pas vraiment. Je veux bien rester, si ma présence te dérange pas trop."

J'espère que tu n'es pas jaloux que je porte autant d'attention à cette frêle souris...

Jaloux, toi ? Pas le moins du monde. Tu comprenais même son besoin de la protéger. Souris et rats étaient assez similaires, à ceci près que les souris étaient plus fragiles... et les rats plus tenaces.
Revenir en haut Aller en bas


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Fév - 11:34


Une triste nuit
Feat Yubel|| 31/01/2110
In the dark || The birthday masacre
512 mots



Tu te demandes si ce soir il ne va pas s'en prendre à toi. Peut être cache-t-il une lame ? Un couteau ?

– Tu serais heureuse hein ?

*De quoi encore ?*

– Bah qu'on te fasse du  mal, que tu vois du sang couler... Ose me dire le contraire Fre...

*Je te le dis... Je sens toujurs le sang couler le long de mon bras et si j'aimerais le voir, le sentir fait aussi son effet...*

– Connasse...

* C'est ce que toi tu aurais voulu hein !?*

Tu reviens à toi alors qu'il t'explique que tu ne parles pas trop. Bizarre venant de lui encore une fois. Tu dois t'être vraiment gourée sur la personne qu'est Yubel. Mais pourtant tu l'as vu si violent cette nuit là dans les couloirs et puis... Tu le voix si indifférent à ce qu'il se passe en général que ça t'étonne vraiment.

— Ça ne va pas te déplaire quand même ? Parce que moi je suis heureuse si on se fait un nouvel ami.

*Je sais Lilith, je sais...*

Je doiss t'avouer que pour le coup nous nous ressemblons. J'aime aussi beaucoup lire des études sur les scènes de crimes.


Puis après quelques secondes tu le vois tendre ssa veste en ta direction pour que tu puisses te réchauffer. Et lui alors ? Enfin s'il te la passe c'est qu'il n'a pas froid après tout... Si ? Cependant tu ne la mets pas encore. Avant ça tu as besoin de te fumer une clope, c'est con mais ça t'aide à te détendre, chose qu'il ne comprendra peut être pas s'il ne fume pas. Enfin, tu ne mets donc pas sa veste pour ne pas qu'elle sente le tabac froid, ça peut être une odeur dérangeante et forte pour les non fumeurs. Et parfois même les fumeurs, c'estt dire ! Quoi qu'il en soit tu poses la veste dans le creux de ton coude, sors une clope de ton paquet et l'allumes tranquillement avant de tirer une latte dessus tout aussi tranquillement,  paisiblement, ça te fait un bien fou. Tu lui demandes ensuite s'il a prévu de faire quelque chose ce soir, histoire de rester un peu en sa compagnie.

— Oh tu veux bien qu'il devienne ami avec nous ?

Oui je pense Lilith


Murmures-tu parce que Yubel est là. Murmuré au dernier moment d'ailleurs, te rappelant qu'il était en ta compagnie. En tout cas lorsqu'il te dit qu'il veut bien rester si ça ne te dérange pas tu hausses un sourcil. Serait-il peut être un peu timide ? Non, tu dirais plutôt renfermé sur lui même... Tu lui fais un petit sourire et réponds en soufflant ta fumée loin de vous.

Non justement elle me dérange pas du tout au contraire je n'ai pass très envie de rester seule ce soir et puis on est coloc, autant apprendre à se connaître quand on est tous les deux d'accord... Tu penses pas ?




Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Mer 17 Fév - 15:55
Il est vrai que tu t'attaques souvent aux autres, mais avec une large préférence pour les personnes du sexe masculin. Pas que les femmes étaient exemptes de subir ta violence, mais de façon générale, tu tenais à leur faire comprendre qu'il valait mieux ne pas te pousser à bout... ce qu'un homme faisait davantage qu'une femme. Et puis, n'était-ce pas également une façon d'évacuer une certaine frustration sexuelle ? Tu étais certain qu'un psychologue sortirait une connerie du genre si tu lui en parlais.

Je me demande si elle sait qu'elle ressemble à une frêle souris...

Et Cyfer n'a pas prêté attention à tes pensées, ce qui est très bien. Inutile qu'il vienne te charrier sur le sujet, cela ne ferait que vous opposer.


"Je dois t'avouer que pour le coup nous nous ressemblons. J'aime aussi beaucoup lire des études sur les scènes de crimes."

Tu ne l'aurais pas cru en la voyant. Elle a l'air bien trop... pacifique, comparée à toi. Mais si vous partagiez quelques centres d'intérêt, c'était certainement un signe que vous deviez apprendre à mieux vous connaître. Pas au point d'être aussi inséparables que les doigts de la main, mais déjà un peu plus proches, ce serait pas mal, non ? Tu ne te vexes pas lorsqu'elle te dit qu'elle mettra ta veste après, afin qu'elle ne sente pas le tabac. C'est vrai, tu ne fumes pas toi... et tu apprécies la petite attention. L'odeur du tabac est assez âcre pour toi, encore plus lorsque l'odeur est "froide", venant d'une cigarette fumée il y a un long moment.

"Non justement, elle me dérange pas du tout au contraire je n'ai pas très envie de rester seule ce soir et puis on est coloc, autant apprendre à se connaître quand on est tous les deux d'accord... Tu penses pas ?"

Je ne dirais pas que l'amitié d'un rat est sacrée ou fort précieuse... mais quand on te connaît, gagner un peu ta confiance n'est pas chose facile, on est d'accord sur ce point...

"Je suis du même avis... pour une fois, j'ai besoin de compagnie. Du moins, d'une autre compagnie que celle que j'ai en temps normal..."

C'est à dire Cyfer ou les rats.

"Je me demandais... qu'est-ce qui est fascinant dans le fait de fumer ? J'ai vu pas mal de gens fumer parfois... et ça avait l'air de les détendre, ou je sais pas quoi."

Ca ne sent pas franchement plus mauvais que des égouts...
Revenir en haut Aller en bas


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Fév - 7:41


Une triste nuit
Feat Yubel|| 31/01/2110
Illusion || VNV Nation
501 mots


— Ça fait du bien de fumer ! Mais je stresse un peu quand même...

*Je croyais que tu voulais être amie avec lui ?*

— Oui mais..

*Chut !*

Tu aspires sur ta cigarette une nouvelle fois après lui avoir dit que tu mettras sa veste un peu plus tard, pourtant tu as froid, ça c'est sûr ! Mais tu ne veux pas qu'il sente l'odeur de la cigarette froide, c'est impoli et tu t'en voudrais, c'est d'ailleurs pour cela que tu t'étais mise un peu en retrait de lui pour ne pas l'étouffer avec ta fumée cancérigène. Il te demande ensuite si sa compagnie ne te dérange. Tu dois bien avouer que... Non, pas le moins du monde ! Tu aurais continué à te faire du mal dans ce cas. Lucy en serait forte heureuse d'ailleurs...

– Bah ouais !


Tais toi...


Murmures-tu une nouvelle fois dans ta barbe en secouant ta tête de gauche à droite. C'est alors que tu entends Yubel te parler. Te parler de ta sucette à cancer. Il  ne comprend pas pourquoi les gens fument, pour être honnête ? Toi non plus à part que comme il dit ça détend. Tu as commencé à fumer jeune, tes treize ans peut être ? Lorsque tu avais entendu Lucy pour la première fois. En fait c'est même elle qui t'avait incité à acheter ton premier paquet et briquet. Tu soupires. Était-ce bien ? Était-ce mal ? Tu n'en avais pas la moindre idée, enfin... En soit c'était quelque chose de mal étant donnée les effets que ça avait sur l'organisme mais l'effet que ça avait sur le mental, du moins pour toi, n'était pas quelque chose de malsain, au contraire. Même l'odeur de la fumée qui te chatouillait les narines te satisfaisait. Mais il ne devait certainement pas comprendre étant donné qu'il ne faisait pas parti de ces gens drogués à la nicotine et toutes ces autres pourritures qui y étaient intégrées. Enfin bref...

— Tu rêves depuis une bonne petite minutes Fre... Reviens à toi et réponds lui !

Tu secoues la tête et souris au jeune homme. D'ailleurs... Quel âge a-t-il ?

— Fre !

* Oui oui pardon !*

Désolée j'étais partie dans mes pensées. Bah oui ça dépend mais à vrai dire j'ai pas vraiment commencer pour ça... Et puis avec mon enlèvement ça a été pire...


Tu écarquilles les yeux. Pourquoi c'est sorti comme ça ? Aussi facilement ? As-tu confiance en ce presque inconnu qui se délecte de la souffrance des autres la plupart du temps ?

– À la bonne heure ! Putain de pathétisme ! On le frôle plus là! On est embourbé dedans sale conne!


Tu aspires une longue bouffée sur ta clope et expire en tremblant et, agitée tu reprends la parole.

Désolée je te raconte ma vie... T'as ptetre pas envie de savoir ça... Bref je me demandais... Quel âge tu as ? Si c'est pas indiscret ?




Revenir en haut Aller en bas


Yubel Von Sleben

Infecté souterrains

Messages : 58
Date d'inscription : 08/12/2020
Age : 32
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 27 Fév - 16:32
Depuis que tu es sorti de l'enfer dans lequel tu avais été jeté, tu vivais assez refermé sur toi-même, ne tolérant que rarement la compagnie d'autres êtres humains bien réels. Il n'y avait que ta mère qui pouvait rester près de toi sans problème... les seules compagnies que tu supportais sans grande difficulté étant celles d'animaux - principalement des rats voire parfois des souris -et de Cyfer. Même s'il lui arrivait parfois de te faire la tête, il ne s'emportait vraiment que très rarement... et tu pouvais compter sur les doigts d'une main les fois où tu avais amèrement regretté de l'avoir agacé.

"Désolée j'étais partie dans mes pensées. Bah oui ça dépend mais à vrai dire j'ai pas vraiment commencer pour ça... Et puis avec mon enlèvement ça a été pire..."

Son enlèvement... encore un coup du directeur, ça. Tu ne connaissais pas toute l'histoire, mais tu mettrais ta main au feu sur sa responsabilité. Certains te diraient de faire en sorte d'éviter de croiser sa route, mais... tu n'en avais pas envie. Au contraire, tu avais peut-être presque envie de lui tomber dessus.

J'espère que tu ne songes pas à l'attaquer ?! Tu te rends compte d'à quel point c'est inconscient ?! Tu n'as pas la moindre chance face à lui !!

Tu choisis d'ignorer Cyfer malgré qu'il te hurle presque dessus, ne cessant de répéter à quel point tu es inconscient de songer à cela. Tu as abandonné toute idée de santé mentale lorsque tu as accepté l'aide de Cyfer.


"Désolée je te raconte ma vie... T'as ptetre pas envie de savoir ça... Bref je me demandais... Quel âge tu as ? Si c'est pas indiscret ?"

Ca ne te dérange pas de l'entendre parler, ça te change de Cyfer qui te râle encore dessus. Tu pourrais aussi te concentrer sur les autres petites voix afin de l'ignorer davantage, mais le but n'est pas là. Tu n'as juste pas envie de l'entendre te hurler dessus.

"J'ai vingt ans. Et toi ?"

Elle n'a pas l'air d'être franchement plus âgée que toi... Tu dirais qu'elle a ton âge, à peu près.

Tu m'écoutes, oui ?!

Tu te retiens de tourner la tête vers Cyfer, qui a maintenant les mains sur les hanches et te fusille du regard. Evidemment que tu l'écoutes, tu ne peux pas faire autrement. Simplement, tu ne vas pas interrompre Freja qui te parle. Pour une fois où toi et elle arrivez à être au même endroit sans vous ignorer l'un l'autre...

"Et tu peux continuer à parler, ça me dérange pas. Ca me fait un peu bizarre, puisque j'ai pas l'habitude de parler à d'autres gens..."

Tu entends Cyfer ronchonner encore un peu, mais tu l'ignores de plus belle.
Revenir en haut Aller en bas


Freja Kristeva

Infecté souterrains

Messages : 14
Date d'inscription : 02/02/2021
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 13 Mai - 17:22


Une triste nuit
Feat Yubel|| 31/01/2110
Sick like me || In this moment
522 mots



— Il en fait une tête tu trouves pas ?

C'est vrai quoi, tu te demandes à quoi peut-il bien penser dans le fond ? Surtout après avoir parlé du directeur. Lui aussi paie les pots cassés de la vie de Akihide ?  Après tout tu ne le connais pas, vous ne vous êtes pas vraiment parlés et puis tu es souvent avec le directeur qui t'empêche clairement de discuter avec les autres internés. Enfin bref...

— Fre ! Encore une fois ! J'vais te le dire combien de fois !

Encore désolée...


Tu secoues de nouveau la tête, prenant de nouveau une taffe sur ta cigarette presque totalement consumée. Il a vingt ans donc... Oui, c'est à peu près l'âge que tu lui donnais. Tu souris en inclinant la tête sur le côté.

J'ai donc vu juste.... Je vois que je n'ai pas perdu totalement mon flaire pour connaître l'âge des gens.


Tu entends rire et regarde ton miroir, dans ce miroir tu y voir Lilith totalement hilare et tu dois avouer que tu ne peux t'empêcher d'avoir un petit sourire en coin. Tu remets ton petit miroir dans la poche de ta veste et écrase ta clope dans le cendrier d'extérieur.

Je parle pas beaucoup aux autres moi non plus. Disons que... Je suis souvent en cellule d'isolement...


Tu soupires, tu détestes cet endroit, c'est entre autre pour ça que tu ne vois pas les autres, ceux des souterrains et Yubel qui est dans ta chambre. Tu pouffes de rire amèrement et reprends la parole.

C'est aussi pour ça que tu ne m'as pas vu souvent dans notre chambre. Disons que je suis très... Prise ?


—Pourquoi tu racontes tout ça à un inconnu putain ! Il te connaît pas, il s'en fout ! Il va vouloir ébruiter le truc ! Tu vas avoir encore plus mal à cause de ce foutu directeur !

* Arrête ! Arrête ! Arrête ! Je sais pas pourquoi j'en parle ! Je veux juste... Évacuer !

Soudain tu attrapes ta tête avec tes mains, doigts crispés dans tes cheveux, la secouant et tombant à genoux sur le sol. Voilà tu perds tout !

— Je te l'avais dis abrutie ! Il ne faut pas que tu parles de ça ! Tu sais très bien que tu pètes un câble quand tu essaies de parler de lui.

Une de tes mains tapent avec force ton crâne alors que des larmes inondent ton visage pour venir s'étaler sur le sol. Tu as mal, aux genoux, au crâne, au cheveux et par dessus tout, au cœur.

— Tu l'as cherché FREJA !!!

Elle hurle est s’en est trop pour toi tu hurles à ton tour, des sanglots étouffant ta voix.

TA GUEULE ! TA GUEULE ! TA GUEULE ! LILITH !!!


Tu es à bout, tu n'en peux plus et Yubel ? Que va-t-il penser de ça ? Il va te prendre pour une folle c'est évident ! Sauf s'il souffre des même mots que toi... Tu ne sais pas et , à vrai dire, tu n'es même plus en capacité de penser. Trop absorbé par ta douleur. Tu veux que ça cesse





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant